Adhésion à la banque des BRICS : Quand l'Algérie aura-t-elle une réponse ?

Le processus d'acceptation de nouveaux membres des BRICS sera laborieux. Les pays membres doivent se mettre d'accord sur les critères et les délais et surtout dépasser leurs divergences à ce sujet. Il est de même pour la nouvelle banque de développement des BRICS.

En effet, la nouvelle banque de développement du groupe BRICS n'annoncera pas de nouveaux membres lors du sommet des BRICS qui se tient en Afrique du Sud jusqu'au 24 août. C'est ce qu'a déclaré ce mercredi 23 août Leslie Maasdorp, le directeur financier de la nouvelle banque de développement des BRICS à l'agence Reuters.

Ainsi, même si cette banque, créée en 2015 pour donner à ses membres un plus grand rôle dans le financement des infrastructures, souhaite attirer de nouveaux membres pour augmenter son capital, la décision d'accepter de nouveaux membres revient aux BRICS.

Économie Ministre des Finances : L'Algérie deviendra un pays émergent dans 3 ans à cette condition

Cette banque a déjà accepté l'adhésion de l'Égypte, du Bangladesh et des Émirats arabes unis comme actionnaires. Elle est dans une situation qui l'oblige à  accroître la collecte de fonds et les prêts en monnaie locale alors que les pays des BRICS cherchent à réduire leur dépendance au dollar américain et à faire du bloc un contrepoids à l’Occident.

L'Algérie doit encore attendre pour avoir la réponse

Ainsi, « le processus de ratification de nouveaux pays se déroule lors des discussions des dirigeants », a déclaré Maasdorp à Reuters dans une interview en marge du sommet, en ajoutant qu'« il n'y aura aucune annonce cette semaine ». Ce responsable a également indiqué qu'il est « probable » que davantage de nouveaux membres postulent cette année, mais que le calendrier dépend des processus politiques dans les pays concernés.

15 pays souhaitent participer à la banque des BRICS

Il faut dire que cette nouvelle banque intéresse plusieurs pays. Ils sont au moins 15 à exprimer leur volonté d'en faire partie. Leurs dossiers sont à l'étude par les gouvernements actionnaires de la banque, a indiqué Maasdorp qui a rappelé que parmi ces pays, l'on retrouve notamment l'Arabie saoudite, l'Algérie et l'Argentine.

Concernant l'Algérie, elle a déposé une demande officielle pour devenir actionnaire de la Nouvelle Banque de Développement. Le ministre des Finances, Laaziz Faid, avait entrepris les démarches pour que l'Algérie rejoigne cette banque. Il s'était entretenu avec Dilma Roussef, la Présidente de cette banque, en marge de sa participation aux travaux du Sommet pour un nouveau Pacte financier mondial tenus en France les 22 et 23 juin.

Économie Algérie : Les prix des cigarettes fixés par le gouvernement

Abdelmadjid Tebboune, pour sa part, avait indiqué que l’Algérie a déposé une demande officielle pour devenir actionnaire de la Nouvelle banque de développement des BRICS avec une première participation financière de l’ordre de 1,5 milliard de dollars. L'Algérie doit donc attendre encore pour connaître la réponse de la banque et aussi avoir une réponse pour sa demande d'adhésion aux BRICS.


Vous aimez cet article ? Partagez !