En réponse aux doléances de nombreux membres de la diaspora algérienne en France concernant la bancarisation et le transfert de leurs avoirs, une filiale de la Banque extérieure d'Algérie (BEA) sera ouverte. C'est ce qui a été décidé le mercredi 18 mai 2022 lors de la réunion du Gouvernement présidée par le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane.

L'un des principaux points examinés par la réunion du Gouvernement tenue le mercredi 18 mai est celui relatif à « l'état d'avancement du projet d'ouverture des agences bancaires à l'étranger », indique un communiqué des services du Premier ministre.  Un projet qui s'inscrit dans le cadre du plan d'action du Gouvernement, notamment dans « les volets relatifs à l'accompagnement des opérateurs économiques, à l'orientation des flux des échanges commerciaux ainsi qu'à la bancarisation de l'épargne des Algériens résidents à l'étranger », explique le communiqué.

À ce titre, « 3 banques publiques, à savoir la Banque Nationale d'Algérie (BNA), le Crédit populaire d'Algérie (CPA) et la Banque extérieure d'Algérie (BEA), prévoient l'implantation de filiales au niveau de plusieurs pays africains », selon la même source. En outre, « la BEA a également engagé des démarches pour l'ouverture d'un bureau de sa filiale "BEA Internationale" en France afin de répondre aux préoccupations soulevées par notre communauté nationale établie dans ce pays », ajoute le communiqué.

Une filiale de la BEA en France avant la fin de l'année 2022 ?

À ce propos, le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane, qui a reconnu en novembre dernier que l'apport de la diaspora en matière de transfert de devises était « dérisoire », a souligné ce mercredi « l'importance de ce projet, qui constitue une réelle opportunité pour le rayonnement économique de l'Algérie, particulièrement sur le continent africain » et a indiqué que « l'ensemble des démarches relatives à la mise en œuvre de la 1re phase de ce projet devront être finalisées avant la fin de l'année en cours », selon le même communiqué.

Il faut dire que l'ouverture d'une filiale de la Banque extérieure d'Algérie (BEA) pourrait répondre aux doléances de la diaspora algérienne, qui réclame depuis plusieurs années ce genre de structures en France. Nombreux sont ces Algériens de France qui souhaitent déposer leur argent dans des filiales de banques algériennes depuis leur pays de résidence. Ce genre de filiales va également faciliter à la diaspora le transfert de fonds depuis la France vers l'Algérie.