La crise politique entre l’Algérie et l’Espagne a lourdement impacté les relations commerciales entre les deux pays. C’est surtout du côté espagnol que la crise a eu de l’ampleur, notamment dans certains secteurs d’activités. C’est le cas du tourisme et de l’industrie de la céramique, qui ont subi des pertes colossales suite à la perte du marché algérien.  

Rien ne va plus entre l’Algérie et l’Espagne. Depuis l’annonce du gouvernement espagnol, en mars dernier, son alignement sur la thèse du Maroc concernant le Sahara occidentale, une crise sans précédente est née entre l’Algérie et l’Espagne. Irritées par le changement de position de l’Espagne sur la question du Sahara occidentale, les autorités algériennes ont décidé de suspendre, le 8 juin dernier, le traité d’amitié avec l’Espagne.

Cette décision n’a pas été sans conséquence sur les relations entre les deux pays, notamment sur le plan économique[1]L'Espagne reconnait le gel des opérations commerciales avec l'Algérie, sauf pour l’énergie. En effet, en décidant de suspendre son traité d’amitié avec l’Espagne, l’Algérie voulait surtout sanctionner son voisin du sud de la Méditerranéenne sur le plan économique, sachant que l’Espagne figure parmi les plus importants clients de l’Algérie.

Si les autorités algériennes ne pouvaient pas remettre en cause les contrats signés avec l’Espagne en matière d'énergie, elles n’ont pas hésité par contre à demander une révision des prix et de la quantité de gaz livrés à l’Espagne. D’ailleurs, les derniers chiffres annoncés par les autorités espagnoles confirment une baisse continue des quantités du gaz importé depuis l’Algérie.

À lire aussi :  Comment l'Algérie peut capter l'argent de l'informel : la solution du ministre des Finance

L’industrie de la céramique espagnole a déjà perdu 25 millions d’euros

Ce n’est pas tout. L’impact de la crise politique avec l’Algérie a touché d’autres secteurs dans l’économie espagnole. Les pertes subies par les opérateurs espagnols se chiffrent en dizaines de millions d’euros en l’espace de quelques semaines. C’est ce qu’affirment de nombreux opérateurs espagnols cités par le journal El Mundo[2]La crisis en las relaciones con Argelia impacta en la industria cerámica y el turismo, El Mundo dans son édition du 5 août dernier.

La fermeture du marché algérien pour les producteurs espagnols de céramique a fait que ces derniers se retrouvent dans l’impossibilité de commercer avec l’Algérie, leur deuxième marché d’exportation dans le monde. Ceci a engendré des pertes de 25 millions d’euros, comme l’a confirmé à El Mundo Fernando Fabra, président de l’Association espagnole des fabricants de la céramique (ANFECC).

Pour le représentant des fabricants espagnols de céramique, cela fait 50 jours que les produits céramiques espagnols ne sont plus envoyés aux clients algériens. « Ce qui signifie que les producteurs espagnols ont du mal à atteindre les 120 millions de chiffre d'affaires avec le pays d'Afrique du Nord prévus pour 2022 dans un contexte normal », explique-t-il, tout en avouant qu’il ne sait toujours pas quand le commerce des produits céramiques vers l’Algérie va reprendre.

À lire aussi :  Le dinar algérien va encore être réapprécié, selon Tebboune

Le nombre de touristes algériens à Alicante est passé de 20 000 en 2019 à zéro pour cet été

La décision des autorités algériennes de suspendre les opérations de commerce avec l’Espagne via le gel des domiciliations bancaires n’a pas été sans conséquence sur les opérateurs économiques espagnols. « Maintenant, nous sommes dans une situation d'incertitude, car personne n'ose envoyer un produit pour qu'il soit découvert plus tard qu'il ne passe pas la douane et reste dans le port », explique Fernando Fabra, qui estime à environ « 8 millions d'euros de matériel bloqué en attente d'envoi en Algérie ».

L’autre secteur impacté par la crise politique entre l’Algérie et l’Espagne est celui du tourisme. C’est le cas notamment de la région de Valence en Espagne, rapporte encore El Mundo. Les touristes algériens représentent un apport important dans le PIB de Valence, selon la l’Association des entreprises hôtelières et touristiques de la communauté valencienne (Hosbec). Selon cette dernière, sur les 20 000 touristes algériens arrivés à l’aéroport d’Alicante en 2019, leur nombre est passé à zéro cet été. À ce propos, les professionnels du tourisme à Valence affirment « la location de forfaits vacances sur la côte d'Alicante par les agences de voyages algériennes a disparu » durant cet été.

À lire aussi :  Via le Maroc ou via l'Algérie ? Les enjeux du gazoduc reliant le Nigéria à l'Europe (contribution)

References