Le gel des relations diplomatiques et économiques entre l'Algérie et l'Espagne n'a pas été sans conséquences sur l'activité commerciale. Le secteur accuse des pertes colossales de part et d'autre. Impactés par cette situation, des opérateurs espagnols et algériens se retrouvent dans la tourmente.

Rien ne va plus entre l'Algérie et l'Espagne depuis le mois de mars dernier[1]Pourquoi l'Espagne a changé sa position par rapport au Sahara occidental. À la suite du revirement du gouvernement espagnol dans le dossier du Sahara occidental, les choses sont allées en se dégradant entre les deux pays jadis « amis ».

L'Espagne a décidé de s'aligner sur la position marocaine dans le conflit du Sahara occidental. Une décision qui n'a été pour plaire à Alger, qui n'a d'ailleurs pas tardé à réagir, en initiant une série de sanctions contre Madrid. L'Algérie est d'ailleurs allée jusqu'à suspendre le traité de l'amitié qui liait les deux nations depuis 2002[2]Crise diplomatique : L'Algérie suspend le traité d'amitié avec l'Espagne.

Alger a ensuite gelé les relations économiques avec le royaume ibérique ; des décisions qui n'ont pas été sans conséquences sur le volet commercial. Il faut savoir que des transactions commerciales ont toujours existé entre deux pays et que des opérateurs algériens et espagnols s'adonnaient au commerce entre les deux pays, une activité qui constituait d'ailleurs une autre source d'entrée d'argent pour la trésorerie de part et d'autre de la Méditerranée.

1 milliard d'euros de perte pour l'Espagne

Des Espagnoles vendaient aux Algériens des produits alimentaires, comme l'huile de soja ou la viande, du papier cartonné, des produits chimiques ou encore des appareils mécaniques entre autres marchandises. Cette activité a été durement impactée par le conflit politique et économique entre les gouvernements des deux États. Les transactions commerciales ont nettement baissé et certaines ont été complètement suspendues jusqu'à nouvel ordre[3]Crise avec l'Espagne : l'Algérie remplace le bœuf espagnol par le français.

Selon des sources médiatiques, l'Espagne pourrait perdre jusqu'à 1 milliard d'euros d'exportations vers l'Algérie cette année 2022 si la situation ne change pas et que le blocus n'est pas levé d'ici le mois de décembre 2022. Il est aussi probable que l'Algérie enregistre un important manque à gagner.