La décision d'Abdelmadjid Tebboune d'autoriser l'importation des véhicules de moins de 3 ans a été très bien accueillie par les Algériens désireux d'acquérir des véhicules. Cependant, elle est jugée insuffisante par plusieurs économistes qui ont signalé que les véhicules de moins de 3 ans restent très chers sur le marché européen. C'est le cas du président de l'Organisation algérienne pour la protection des consommateurs (APOCE) qui a appelé dans une publication Facebook, ce mardi 25 octobre, les députés à étendre cette loi aux véhicules de moins de 3 ans.

En effet, Mustapha Zebdi, président de cette organisation, a salué la décision d'Abdelmadjid Tebboune en appelant les députés à aller plus loin lors de l'adoption de la Loi de finances 2023. « Maintenant c'est au tour des députés de décider d'autoriser l'importation des véhicules de moins de 5 ans pour baisser le coût de ces véhicules et permettre au plus grand nombre de satisfaire leurs besoins. J'espère qu'ils seront au niveau des attentes », écrit-il.

Il faut dire que depuis l'annonce de l'autorisation d'importation des véhicules de moins de 3 ans, les Algériens se sont mis à faire des calculs sur le coût de ces véhicules[1]Importation de voitures de moins de 3 ans : une bonne affaire pour les Algériens ?. Il se trouve qu'étant chères dans les pays producteurs, les voitures d'occasion ne seront pas à la portée des bourses moyennes en Algérie. Pour baisser le prix, certains députés ont appelé à baisser les taxes douanières.

Il faut également rappeler qu'une autre décision concernant le dossier des véhicules a été prise. Il s'agit de l'importation de voitures neuves qui a été autorisée en parallèle de la reprise de l'activité des concessionnaires. Cette panoplie de décisions a eu un impact sur le marché des véhicules d'occasion en Algérie. Les prix ont connu une baisse significative ces derniers jours[2]Après l'autorisation d'importation de voitures de moins de 3 ans, les prix ont-ils chuté sur le marché local ?.