La CAN 2022, prévue au Cameroun du 9 janvier au 22 février est-elle compromise ? Selon l'égyptien Abdel Moneim Hussein, ancien membre de la CAF, le pays organisateur n'est pas prêt pour accueillir la compétition et il ne serait pas impossible que le tournoi soit simplement annulé.

Alors que les différentes nations qualifiées pour la prochaine CAN 2022 mettent le cap sur ce rendez-vous, l'ancien footballeur et ex-membre de la Confédération africaine de football, le Soudano-Égyptien Abdel Moneim Hussein, surnommé « Shatta », a jeté un pavé dans la marre ce lundi 6 décembre.

Intervenant sur la chaine de télévision égyptienne Al Hayat TV, celui-ci a affirmé, selon plusieurs sources médiatiques, que cette CAN pourrait ne pas avoir lieu du fait que le Cameroun – qui doit l'accueillir du 9 janvier au 22 février – ne soit pas encore complètement prêt.

« La délégation qui s'est rendue au Cameroun a constaté que le comité d'organisation camerounais manquait de temps pour être prêt le jour J. La FIFA a même ouvert un bureau sur place pour tenter de résoudre les problèmes », a révélé l'ancien joueur égyptien.

Annulation ou délocalisation de la CAN 2022 au Qatar ?

« Si le Cameroun n'est pas prêt à temps, aucun pays africain ne sera en mesure d'accueillir le tournoi, même s'il est reporté de 3 ou 4 mois. Il faudra alors l'annuler. », a-t-il ajouté. Ce qui est d'ailleurs vrai dans la mesure où il reste moins d'un mois avant la date prévue pour le tournoi.

À lire aussi :  Coupe du monde 2022 : Paris boycotte et coopère au même temps avec le Qatar

Cela dit, la CAF pourrait opter pour un pays hors du continent africain pour maintenir cette compétition et le Qatar est le plus indiqué pour sauver la CAN 2022 d'une éventuelle annulation. « Tout est possible. La CAF est sous l'égide de la FIFA et seule la FIFA peut approuver la délocalisation d'un tournoi en dehors de son continent », a souligné Abdel Moneim Hussein.