Des dizaines d'établissements scolaires de la wilaya de Tizi-Ouzou, dans la région de Kabylie, ont été touchés par des cas de contamination au coronavirus. C'est ce qui ressort d'une réunion du Conseil de wilaya, convoqué par le wali dans le but d'examiner la situation, que beaucoup jugent inquiétante.

Selon le quotidien francophone Liberté, qui a rendu compte de cette rencontre, 55 établissements scolaires de la wilaya de Tizi-Ouzou sont concernés soit par des suspicions de contamination, soit par des cas confirmés positifs. C'est le directeur de l'Éducation qui a présenté ce chiffre à l'occasion de cette réunion du Conseil de wilaya. Un chiffre qui a augmenté de 10 cas en quelques jours, puisque le directeur de la santé avait annoncé 45 écoles touchées lors d'un entretien avec Radio Tizi-Ouzou.

Aussi, selon la direction de l'Éducation, durant cette première semaine, le nombre d'écoliers contaminés a plus que doublé, puisqu'il est passé de 35 cas, le 1er décembre, à 76 cas à l'occasion de la tenue de cette réunion, lundi 6 décembre. C'est ce qui est plutôt inquiétant pour les responsables du secteur de l'Éducation, d'autant plus que ce sont les trois paliers de l'enseignement qui sont concernés par ces contaminations. Aussi, environ 30 fonctionnaires du secteur sont testés positifs, selon le même directeur qui rassure cependant sur leur état de santé.

À lire aussi :  Restriction des visas : le sentiment anti-français des Nord-Africains s'accentue

Le wali de Tizi-Ouzou veut la réactivation des mesures barrières

Selon la même source, le wali de Tizi-Ouzou a tiré la sonnette d'alarme et a appelé à réactiver les mesures adoptées lors de la 3e vague. « La situation n’est pas en recul. Nous étions dans une progression arithmétique simple, et maintenant, nous sommes dans une progression géométrique. Malgré tous les moyens qu’on peut réunir en termes de places d’hospitalisation, de lits de réanimation et d’oxygène, ça finira par être insuffisant et j’ai bien peur que la situation empire s’il n’y a pas une accélération dans la réactivation des mesures barrières », a alerté le wali dans son intervention.

Le même responsable a appelé à commencer à agir vite, particulièrement dans les régions d'Azazga et Azeffoun, où la situation est plus inquiétante. Notamment au niveau des établissements scolaires. D'ailleurs, les associations de parents d'élèves, les élus locaux et les chefs de daïras ont été instruits de s'impliquer dans cette lutte afin d'endiguer la propagation du virus dans les établissements scolaires.