Le procès de l’ex-ministre danoise de l’Intégration Inger Støjberg, accusée d’avoir séparé des couples de migrants demandeurs d’asile, s’est ouvert le 2 septembre dernier. Après plusieurs semaines d’audience, la Cour de Copenhague a rendu, le lundi 13 décembre, son verdict, dans ce procès inédit.  

Pendant les 36 jours d'audience, les 26 juges de la Cour spéciale de Copenhague, qui ne se réunissent que pour juger des membres du gouvernement, anciens ou présents, se sont attelés à déterminer si l’ex-ministre danoise de l’Intégration, Inger Støjberg, a violé la Convention européenne sur les droits de l'homme en ordonnant la séparation de couples de demandeurs d'asile lorsque la femme est mineure.

Deux mois de prison ferme pour l’ancienne ministre de l’Intégration du Danemark

En 2016, alors qu’Inger Støjberg occupait le poste de ministre de l’Intégration, 23 couples de migrants avaient été séparés, sans examen individuel de leur dossier, en vertu de la consigne donnée par la ministre, qui a depuis quitté le parti sans renoncer à son siège de députée. « J’ai fait ce qui, selon moi, était la seule chose politique et humaine à faire, pour lutter contre les mariages d'enfants forcés », se justifiait l’ex-ministre en février dernier devant le Parlement.

Ce lundi 13 décembre, la Cour spéciale de Copenhague a rendu son verdict dans ce procès historique de la justice danoise. « Inger Støjberg a été reconnue coupable d’une violation délibérée de la loi sur la responsabilité ministérielle. La peine est un emprisonnement ferme de 60 jours », a indiqué la Cour selon l’AFP.

À lire aussi :  Le recteur de la grande mosquée de Paris apporte son soutien à Salman Rushdie

Sa décision « était illégale, car le ministère de l’Immigration n’était pas tenu de prendre un arrangement concret dans lequel aucune considération n’était accordée individuellement aux personnes concernées », a indiqué le président de la Cour Thomas Rørdam, lors de l’énoncé du jugement prononcé en présence de l’ancienne ministre Inger Støjberg.