Depuis le début de la guerre en Ukraine, le monde fait face à une crise en ce qui concerne les livraisons de blé. Étant deux principaux producteurs de blé, la Russie et l'Ukraine ne peuvent plus répondre à la demande mondiale en raison de la guerre qui les oppose. Pour parer à une éventuelle crise et aussi pour faire face à la hausse des prix des céréales, l’Algérie a lancé plusieurs opérations pour acquérir ces produits de première nécessité. Cependant, il s'avère que le pays a un énorme déficit concernant le stockage de ces céréales importées en grandes quantités.

Ainsi, l’Algérie s’est engagée depuis plusieurs semaines dans l’importation en masse de blé dur et tendre à travers plusieurs fournisseurs européens et canadiens. Cette opération, lancée depuis le début du conflit militaire en Ukraine, vise à éviter les fluctuations du marché et également d’éventuelles pénuries. Cependant, pour mener à bien cette opération, les capacités de stockage dont dispose le pays sont insuffisantes. Ce déficit fait que de nombreux navires sont, actuellement, en rade au niveau des différents ports du pays. Ces navires attendent depuis plusieurs jours le déchargement de leur cargaison céréalière.

Afin de régler ce problème, le cabinet du Premier ministre a instruit les services concernés pour réquisitionner toutes les structures servant à stocker ces céréales étant donné que « les capacités de stockage au niveau des Coopératives des céréales et légumes secs (CCLS) sont à la limite de la saturation ». Selon le journal El Watan, les chefs de l’exécutif des wilayas concernées ont décidé de mettre à la disposition des CCLS locales, dans le cadre des réquisitions pour utilité publique, des silos appartenant à des entreprises privées, notamment ceux qui sont implantés hors des minoteries. « Sur le plan juridique, cette réquisition est effectuée en contrepartie d’un bail de location entre le propriétaire et les CCLS », affirme le journal.

À lire aussi :  Visite du président français Emmanuel Macron en Algérie : au-delà du devoir de mémoire et du gaz (contribution)

Ainsi, selon la même source, les silos du groupe Amor Benamor, dont la capacité est de 450 000 quintaux, sont en cours de réquisition par le wali d’Annaba au profit de la CCLS Annaba. Ces silos seront mis à la disposition de la CCLS à travers un contrat de location, qui sera établi entre la direction des domaines d’Annaba (propriétaire de la concession) et l’administrateur du groupe agroalimentaire Amor Benamor, désigné par la justice pour la gestion du groupe », explique la même source.