Le chef de l'État algérien, Abdelmadjid Tebboune, a enfin désigné un nouveau ministre des Finances, en remplacement de Abderrahmane Raouya, qui a été limogé il y a un mois. Cette fois, le locataire du palais d'El Mouradia a jeté son dévolu sur un haut fonctionnaire du secteur ; en l'occurrence Brahim Djamel Kessali.

En effet, c'est ce jeudi 14 juillet qu'Abdelmadjid Tebboune a signé le décret présidentiel désignant Brahim Djamel Kessali à la tête du ministère des Finances. Il était secrétaire général du même département ministériel et ministre intérimaire depuis le limogeage de Abderrahmane Raouya. C'est dire qu'il n'est pas étranger au secteur.

Brahim Djamel Kessali : diplômé d'Alger, de Paris et de Montréal

Selon sa biographie mise en ligne, le nouveau ministre des Finances est né à Paris en 1954 et a fait ses études en France. Mais après l'obtention de son baccalauréat, il a rallié l'Université d'Alger pour décrocher sa licence en Sciences financières. C'est d'ailleurs le seul diplôme qu'il a décroché en Algérie, où il rejoint l'administration financière dès 1980 pour occuper plusieurs postes à responsabilité.

Il décrochera deux nouveaux diplômes, mais des années plus tard et en France et au Canada. En 1994, il a un diplôme sur la privatisation et la modernisation du secteur public en économie de marché, et ce, auprès de l'Institut international d'administration publique. Alors qu'en 1995, il décrochera un diplôme en organisation du marché des capitaux au sein du prestigieux Institut des services financiers internationaux de Montréal, au Québec.