Le journaliste marocain Soulaimane Raissouni, condamné à cinq ans de prison ferme, a décidé de mettre un terme à sa grève de la faim. Très affaibli, Soulaimane Raissouni a demandé, ce mercredi 4 août, via son avocat à être hospitalisé. 

Détenu depuis le 22 mai 2020, et condamné le 9 juillet à cinq ans de prison pour principalement « ses opinions acerbes à l'encontre du régime marocain », le journaliste marocain Soulaimane Raissouni a décidé de mettre un terme à sa grève de la faim après 118 jours. Les avocats du journaliste ont envoyé, ce mercredi 4 août, une lettre au ministère de la Justice, au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, à l'administration pénitentiaire et à la Cour de cassation pour soutenir cette demande.

Toutefois, le journaliste Soulaimane Raissouni demande à être hospitalisé pour mettre fin à sa grève de la faim. « Il accepte de mettre fin à sa grève de la faim, mais il demande à être transporté dans un hôpital pour être accompagné par des médecins et être dans des conditions qui lui permettent de mettre fin à sa grève de la faim sans danger », a indiqué en effet à RFI Me Brahma Souad, l'une des avocates de Soulaimane Raissouni, ce mercredi 4 août.

Âgé de 49 ans, Soulaimane Raissouni a été interpellé en mai 2020 pour « agression sexuelle » après une plainte déposée par un militant LGBT. Depuis son arrestation jusqu’à sa condamnation le 9 juillet dernier, le journaliste a toujours nié les faits et dénoncé une affaire montée de toutes pièces. Pour exiger sa libération et protester contre une « grande injustice », il a entamé une grève de la faim.