La compagnie aérienne algérienne Air Algérie pourrait avoir de la concurrence très bientôt. En effet, une première compagnie aérienne low cost verra bientôt le jour en Algérie. Le projet portant la création de cette entreprise est sur le point d'aboutir. 

Les autorités algériennes ont à maintes reprises exprimé leur volonté d'ouvrir le ciel algérien aux investisseurs privés désirant se lancer dans la navigation aérienne. Un projet qui date, dans la mesure où il a été évoqué depuis des mois sans pour autant que cela aboutisse vraiment.

Tout porte à dire, cependant, que ledit projet se concrétisera très bientôt et que l'Algérie aura sa première compagnie aérienne low cost dans les jours à venir. Le ministère des Transports est passé à la vitesse supérieure concernant ce dossier. En outre, selon Le soir d'Algérie, une demande pour l'obtention d'une concession dans le cadre du projet de création de la compagnie aérienne low cost Flywestaf a été déposée par un groupe d'investisseurs.

Un dossier pour la création d'une compagnie aérienne en Algérie déposé le 18 août dernier

Ledit dossier a été déposé le 18 août dernier auprès de la Direction de l'aviation civile et de la météorologie relevant du ministère des Transports, ajoute le même quotidien citant les promoteurs de ce projet. Ces derniers ont affirmé que les documents complémentaires, exigés par la réglementation, ont également été fournis. Selon la même source, cette probable future compagnie aérienne algérienne assurera le transport des passagers et du fret.

À lire aussi :  Remboursement des billets d'avion : des clients d'Air Algérie attendent toujours

Notons, pour rappel, que le ministre des Transports a multiplié les réunions avec les responsables concernés relatives à ce projet d'ouverture du transport aérien aux investisseurs privés. La dernière a eu lieu le 29 juillet dernier. Au terme de la réunion, Aïssa Bekkai a décidé de « la mise en place d’une cellule d’écoute regroupant tous les secteurs pour assurer le suivi et la coordination pour gagner du temps et accélérer le rythme de croissance ». Il s’est engagé également à « suivre personnellement tous les dossiers déposés au niveau du ministère et veillera à leur trouver des solutions rapides », selon les termes du communiqué du ministère des Transports.