Deux hommes ont été interpellés récemment par la police française en possession d’objets volés, à Montpellier. L’un d’eux s’était fait passer pour un mineur libyen de 17 ans pour échapper à des sanctions sévères. Toutefois, après une enquête approfondie de la police, il s’est avéré que ce dernier est en fait un Algérien de 28 ans.

Le 24 août dernier, au petit matin dans le quartier Chaptal à Montpellier, une jeune femme s’est retrouvée face à son cambrioleur, rapporte le quotidien Le Midi Libre dans son édition du 25 août. Se réveillant en sursaut, elle est tombée nez à nez avec un individu qui était en train de la cambrioler. L’homme n’a pas demandé son reste et a pris la fuite par là où il était rentré, c’est-à-dire la fenêtre.

Deux individus coupables de deux cambriolages à Montpellier

Dans son malheur, la femme a finalement eu beaucoup de chance qu’une patrouille de la brigade anticriminalité tourne dans le secteur et interpelle rapidement les deux individus. Placés en garde à vue, ils étaient toujours en possession des objets volés qui ont pu être restitués à leurs propriétaires, précise le même média.

L’un des deux cambrioleurs se faisait passer pour un mineur libyen

L’enquête a permis d’établir que l’ordinateur portable appartient à une Montpelliéraine âgée de 77 ans qui vit au boulevard Renouvier, non loin de la seconde victime. Les deux victimes partagent un point commun ; celui d’habiter au premier étage et de dormir avec les fenêtres entrouvertes, ajoute la même source qui précise que deux jeunes hommes sont accusés d’avoir été les auteurs des deux cambriolages.

Les agents de la police ont alors établi qu’il s’agissait d’un Montpelliérain de 32 ans et d’un Libyen de 17 ans qui s’est avéré ensuite être un Algérien de 28 ans. Ce dernier s’était fait passer pour un mineur libyen pour échapper à des sanctions sévères, précise le média. Les deux cambrioleurs ont été déférés au parquet, le 26 août, en vue d’une comparution immédiate, dans la foulée, pour des faits de vols aggravés.

Le problème des faux mineurs se pose toujours en France

Le problème des faux mineurs se pose depuis un certain temps en France. En effet, un député LR de Seine-et-Marne, Jean-Louis Thiériot, avait indiqué en septembre 2020 au Figaro que le taux de fraude dans ce domaine était « considérable » et avoisinait « les 80% ». Ainsi, 1’122 requêtes de vérification ont été transmises aux autorités maghrébines, pour 256 retours. Parmi ces derniers, il s’agit dans l’écrasante majorité des cas (95%) d’individus âgés de plus de 18 ans.