Le chef de l'État algérien Abdelmadjid Tebboune a été interpellé, dimanche 29 août, sur plusieurs questions liées à la réouverture des frontières, en l'occurrence le nombre de vols disponibles et les régions desservies, le sempiternel problème des prix des billets et les traversées maritimes.

C'est le député algérien Tawfiq Khedim, élu dans la zone 2 France Sud, qui est l'auteur de cette interpellation qui intervient quelques jours après la décision de Tebboune d'augmenter le nombre de vols internationaux d'Air Algérie et les compagnies aériennes étrangères.

Vols France - Algérie : Paris privilégiée, selon le député

Pour le député élu sur la liste du MSP, la décision, prise le 24 août, d'augmenter le nombre de vols a réjoui la communauté algérienne à l'étranger. Mais cette dernière a été déçue par la répartition de vols à travers les villes de France et d'autres capitales du monde.

Il considère que la capitale française Paris est privilégiée comparativement aux autres villes de France, particulièrement celles où les ressortissants algériens sont fort nombreux. Le député demande dans sa lettre au chef de l'État d'augmenter de nouveau le nombre de vols, mais en orientant les dessertes vers d'autres villes que Paris.

Prix et nombre des vols : la diaspora déçue

« Les ressortissants algériens à l’étranger ont vu votre décision au sujet des vols internationaux comme le début d'une sortie du tunnel. Mais sa mise en œuvre effective, avec la concentration des nouveaux vols sur Paris et avec des prix fous, a altéré la puissance de cette décision ainsi que sa portée au point où elle s'est transformée en choc chez eux », a affirmé le parlementaire Tawfiq Khedim.

À lire aussi :  Air Algérie renforce son offre vers la Russie

Dans un autre registre, le député a abordé la question, toujours aussi lancinante, des prix des billets d'avion exercés par la compagnie aérienne nationale Air Algérie. Il estime nécessaire de rendre disponibles les billets, notamment sur le site de la compagnie, par le biais des applications sur smartphone ou au niveau de ses agences. L'essentiel étant d'éviter les intermédiaires et le chantage.

Ensuite, il interpelle Tebboune sur la nécessité de rendre accessibles les billets en matière de prix, et ce, pour préserver la dignité des membres de la diaspora algérienne et leur pouvoir d'achat. Des prix « raisonnables » alors que l'Algérien « paie des prix multipliés pour rentrer dans son pays ». D'ailleurs, sur la question, il demande au chef de l'État d'ouvrir une enquête pour mettre la lumière sur cette « exploitation ».

Qu'en est-il des traversées maritimes ?

L'autre point des plus importants évoqué par le député du MSP, c'est les traversées maritimes que l'Algérie a suspendues depuis le début de la propagation de la pandémie de Covid-19. Pour Tawfiq Khedim, Abdelmadjid Tebboune doit ordonner la réouverture des lignes maritimes, notamment après l'acquisition d'un nouveau navire qui attend son inauguration. Il s'agit du Badji Mokhtar III, qui a été récupéré de Chine récemment.