La rupture des relations diplomatiques entre l'Algérie et le Maroc, décidée le 24 août par les autorités algériennes, continue à défrayer la chronique. Parfois avec des glissements dangereux, comme celui d'un responsable politique israélien, qui est allé jusqu'à menacer l'Algérie.

Meir Masri est un membre du Comité central du parti du travail israélien. Dans un tweet publié en langue arabe, dimanche 29 août, il a menacé le chef de l'État algérien Abdelmadjid Tebboune. « Si Tebboune ose attaquer le Maroc, il aura à faire à Israël… Et Israël ne plaisante pas », a tweeté Meir Masri, qui est également expert en relations internationales en Israël.

Le responsable israélien ne s'est pas contenté de ce tweet. Le lendemain, mardi, il a publié un nouveau tweet pour réagir à ceux qui l'ont critiqué pour son premier tweet. « Je dis aux mercenaires de Tebboune qui m'attaquent depuis ce matin : Le Maroc est une ligne rouge », a en effet affirmé Meir Masri.

Il est tout de même à noter que ce responsable politique israélien ne fait pas partie du gouvernement et ne s'exprime pas au nom de l'État israélien. Quant aux motivations de Meir Masri, elles restent pour l'instant inconnues.

À lire aussi :  Visites et gestes diplomatiques : L'Occident veut s'assurer les faveurs d'Alger

Rappelons que l'Algérie a rompu ses relations avec le Maroc, le 24 août 2021, pour protester contre des « actes hostiles », selon les accusations des autorités algériennes. Ces dernières accusent également Israël de complicité. Le makhzen marocain est notamment accusé de soutenir des organisations que l'Etat algérien a récemment classées comme « terroristes ».