Depuis presque deux années, la diaspora algérienne au Canada et aux États-Unis attend avec impatience la programmation d’une liaison aérienne directe depuis ces deux pays vers l’Algérie. Faute de vol direct vers l’Algérie, les ressortissants algériens au Canada et aux USA se retrouvent dans l’obligation de transiter vis des pays tiers afin de pouvoir rejoindre leur pays.

Devant cette situation, les Algériens établis au Canada ou aux États-Unis doivent passer par Paris, Francfort ou une autre ville européenne desservie par les vols internationaux autorisés en Algérie. C’est le seul et unique moyen pour eux afin de pouvoir rejoindre l’Algérie.

Toutefois, cette procédure de transit n’est pas sans risques surtout dans un contexte de confusion entre vols réguliers, vols spéciaux et programmes habituels des compagnies aériennes.

En effet, ce mercredi 8 septembre le député de l’émigration Abdelouahab Yagoubi a révélé sur sa page Facebook que « onze familles algériennes en provenance du Canada et des États-Unis, qui devaient rejoindre Alger via l’Allemagne, se trouvent bloquées à l’aéroport de Francfort ».

Onze familles algériennes, arrivées du Canada, bloquées à l'aéroport de Francfort

« Les familles, dont deux bébés, ont effectué le vol Montréal – Francfort sur Lufthansa. Ils devaient continuer vers Alger avec la même compagnie. Mais ils se sont vus refuser l’embarquement par Lufthansa sur le vol Francfort-Alger de 8 heures du matin », ajoute le député.

À lire aussi :  Comprendre les relations aériennes entre l'Algérie et la France

« Un contact a été établi avec les intéressés dont nous avons pu avoir leurs noms. Nous travaillons depuis ce matin pour faciliter leur voyage avec Air Algérie ce soir », écrit le député et membre de la commission des affaires étrangères à l’APN Abdelouahab Yagoubi.

Ce dernier précise que « faute d’un rapatriement ce mercredi 8 septembre les onze familles algériennes seront dans l’obligation de rester bloqués à l’intérieur de l’aéroport de Francfort, car ils ne peuvent quitter les lieux sans visa ».