Plus de 100 Algériens se trouvent toujours bloqués en Tunisie à cause de la fermeture des frontières terrestres entre les deux pays. Ces ressortissants, qui disent avoir rejoint le territoire tunisien avant la fermeture des frontières, n'ont pas pu regagner l'Algérie à bord d'un avion à cause de leurs véhicules. C'est ce qu'ils ont affirmé au site spécialisé Visa Voyage Algérie (VVA).

La fermeture des frontières aérienne, maritime et terrestre survenue en mars 2020 suite à la propagation du coronavirus a fait endurer la pire des situations à de nombreux ressortissants algériens. Pris au dépourvu, ces derniers se sont retrouvés bloqués dans différents pays étrangers. Grâce aux multiples opérations de rapatriements menées par la compagnie aérienne Air Algérie, ces citoyens ont pu regagner le pays graduellement.

Ce n'est pas le cas pour les quelque 120 Algériens qui se trouvent toujours bloqués en Tunisie. Ces derniers ont rejoint ce pays par voie terrestre avec leurs propres véhicules et ce avant la fermeture des frontières. Ces infortunés voyageurs n'ont pas pu regagner l'Algérie à cause justement de leurs voitures étant donné que les frontières terrestres avec la Tunisie sont toujours fermées. C'est ce qu'a indiqué le site VVA, samedi 11 septembre 2021, qui a fait état du cas de ces passagers.

À lire aussi :  Reprise des vols à l'aéroport de Montpellier

« Nos véhicules sont inscrits sur nos passeports »

« Nous sommes environ 120 personnes bloquées en Tunisie à cause de nos voitures. Nous sommes entrés avant la fermeture des frontières. Parmi nous, il y a des étudiants, d’autres sont venus pour se soigner », indiquent ces citoyens dans un courriel cité par la même source.

« Nous avons pris contact avec le consulat et l’ambassade. Ce sont toujours les mêmes paroles : « patientez ». Il faut savoir que nous ne pouvons pas rentrer en Algérie par avion, car nos véhicules sont inscrits sur nos passeports », ajoutent-ils.

Ces voyageurs algériens affirment à la même source qu'ils déboursent plus de 100 dinars tunisiens chaque mois pour leurs véhicules qui se trouvent au niveau des douanes locales.