Le nombre de harraga algériens ayant atteint le sud de l'Europe ces dernières semaines a atteint tous les records. Des milliers de jeunes tentent l'aventure avec l'espoir d'une vie meilleure de l'autre côté de la méditerranée.


Souvent, ces jeunes harraga se mettent à la recherche de n'importe quel travail au noir pour subvenir à leurs besoins. Face au manque de perspectives d'avenir, des dizaines de jeunes arrivés sur les côtes italiennes se rendent en France pour rejoindre les rangs de la Légion étrangère.

Qu’est-ce que la Légion étrangère ?

C'est un corps militaire français qui n'a rien à voir avec l'armée de terre régulière. Dans la Légion étrangère, on recrute sans distinction d'origine, de religion ou de nationalité. Actuellement, elle compte un effectif de 9 000 cadres et légionnaires issus de 136 pays.

Les conditions d’engagement sont surtout les aptitudes physiques et être prêt à servir en tous lieux. Elle recrute généralement des hommes âgés de 17 à 40 ans. La sélection des futurs légionnaires se fait à Aubagne, au sud de la France, près de Marseille.

Un légionnaire peut demander la naturalisation française après 3 ans de service

Aucun engagement n’est possible hors de la France. Un légionnaire, une fois accepté, perçoit un salaire de départ de 1 280 euros par mois, et il est logé et nourri gratuitement. Un légionnaire peut demander la naturalisation française au bout de 3 ans de service. Celle-ci est généralement accordée sous réserve de n'avoir aucun problème avec la justice. Le légionnaire qui ne souhaite pas opter pour la nationalité française peut conserver son statut étranger et peut tout autant rester en France à l'issue de son contrat.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Plusieurs harraga algériens engagés dans la Légion étrangère

C’est ainsi que plusieurs harraga algériens, qui avaient réussi à gagner les îles italiennes de Sardaigne et de Lampedusa, se sont engagés après s’être rendus en France dans le corps militaire de la Légion étrangère, dont le quartier général est basé à Marseille, rapporte ce dimanche 3 octobre le Jeune Indépendant.

Ces harraga, originaires d’Annaba, d'El-Tarf, de Jijel, d'Alger et de plusieurs autres régions du pays, ont téléphoné ou écrit à leurs familles pour les informer qu'ils suivaient des stages d'entraînement militaire en France, après avoir quitté en catimini le territoire italien, précise la même source.

« Ils ont signé chacun un contrat de 5 ans », témoigne le père d’un harraga

Un père de famille, dont le fils a rejoint l’Italie au mois de mai dernier, a déclaré au Jeune Indépendant : « Mon fils m’a appelé hier pour me dire qu’il s’était engagé, lui et quelques jeunes d’Annaba, d’El-Tarf, d’Alger et de Jijel, dans la Légion étrangère ». Ce père de famille a ajouté : « Ils ont signé chacun un contrat de cinq ans, avec un salaire de départ de 1 280 euros par mois ». Il a aussi signalé au Jeune Indépendant que, selon son fils, ce ne sont pas moins de 60 harraga, sur une centaine, qui ont été sélectionnés et enrôlés dans le corps de la Légion étrangère.