Ces dernières années, l’Algérie est devenue l’une des plaques tournantes dans le trafic international de drogue. Sa situation géographique faite de l’Algérie un pays de transit par excellence pour acheminer de la drogue depuis et vers de nombreux pays du monde. La dernière affaire révélée par la Police brésilienne en est la parfaite illustration.    

Les affaires de saisie d’importantes quantités de drogues sont devenues monnaies courantes en Algérie. Le bilan hebdomadaire des services de sécurités sur les quantités de drogues saisies en Algérie suffit pour illustrer l’ampleur du phénomène, qui prend de l’ampleur avec ces affaires liées au trafic de cocaïne. En juin dernier, 490 kg de cocaïne ont été saisis par les garde-côtes algériens aux abords du port d’Arzew dans la wilaya d’Oran.

C’est la deuxième plus grande saisie dans l’histoire en Algérie après celle de 2018 avec l’affaire des 700 kg de cocaïne saisis à Oran. Un scandale connu sous le nom de « Kamel El Boucher » et dont les répercussions sur le plan politico-judiciaire se poursuivent à ce jour. Alors que ces deux saisies n’ont pas encore livré tous leurs secrets, voilà qu’une autre affaire éclate avec cette saisie d’une importante quantité de cocaïne au Brésil qui devait être acheminé vers l’Algérie.

À lire aussi :  Royaume-Uni : Facilitation de l'expulsion des délinquants étrangers

481 kg de cocaïne destinée à l’Algérie saisie au Brésil

En effet, la Police fédérale brésilienne a annoncé, lundi 13 décembre, la saisie de 481 kilos de cocaïne qui étaient dissimulés dans une usine d'asphalte de la ville de Paranaguá, dans le sud du pays, en vue de son acheminement vers l’Algérie. Dans un communiqué publié sur Twitter, la Police fédérale a souligné que « la drogue, qui se présentait sous forme de comprimés regroupés dans environ 22 sacs, aurait été placée clandestinement par des malfaiteurs dans une centrale d'asphalte mobile, qui se trouvait dans la cour de l'entreprise, et aurait pour destination l'Algérie ».

Selon la même source, cette cargaison de cocaïne avait été « déposée dans la cour de cette usine d’asphalte au nom d’une d'une société d'exportation de marchandises située dans la municipalité de Paranaguá », dans sud de l'État du Paraná, qui possède un important port du pays. La drogue était répartie en plusieurs lots et stockée dans des sacs, elle allaient être expédiée vers l’Algérie.

Selon les médias brésiliens, cette importante quantité de drogue qui devait être acheminée par bateau vers l’Algérie avait été déposée clandestinement par des trafiquants dans cette usine d'asphalte, à l'insu des propriétaires des lieux. La police fédérale brésilienne a indiqué que les 481 kg de cocaïne ont été transférés au poste de police fédérale de Paranaguá, avant d'être incinérés. Dans son communiqué, la Police fédérale brésilienne n’a fait état d’aucune arrestation dans le cadre de cette affaire.