Un autre pays souhaite renforcer son programme de vols avec l'Algérie. Il s'agit de la Turquie dont un représentant a été reçu mardi 14 décembre 2021 par le ministre des Transports, Aissa Bekkai. L'hôte du ministre algérien, le chef de l'Association conjointe de coopération des pays turco-arabes en l'occurrence, a exprimé également le vœu de son pays d'ouvrir une ligne maritime directe entre la Turquie et l'Algérie, a indiqué un communiqué ayant sanctionné cette rencontre.  

Le ministre des Transports Aissa Bekkai a reçu, mardi 14 décembre 2021, le chef de l'Association conjointe de coopération des pays turco-arabes Sebouhi Atar, a rapporté ledit communiqué publié sur la page Facebook du ministère des Transports. Lors de la réunion, les deux parties ont évoqué les moyens de renforcer coopération bilatérale dans le domaine des transports entre l'Algérie et la Turquie. Le communiqué souligne par ailleurs que le représentant turc a exprimé le souhait de son pays de renforcer le programme de vols entre les deux pays.

La Turquie veut l'ouverture une ligne maritime avec l'Algérie

Le chef de l'Association de coopération des pays turco-arabes a également demandé d'étudier la possibilité de l'ouverture d'une ligne maritime directe entre l'Algérie et la Turquie. « Le ministre a affirmé que l'Algérie est prête à étudier la demande turque liée à l'augmentation du nombre de vols et la possibilité d'ouvrir une ligne maritime entre les deux pays, compte tenu de l'évolution de la situation épidémiologique de la pandémie de Covid-19, ainsi que les directives des autorités supérieures du pays en la matière », indique le communiqué.

« l'Algérie est prête à étudier la demande turque »

« Le ministre a également exprimé la pleine disponibilité de l'Algérie à renforcer les relations avec les entreprises et les investisseurs turcs dans le cadre de la réforme du système économique et de faciliter l'accès des concessionnaires au secteur des transports à travers les opportunités qu'il offre et sous toutes ses formes, maritimes, terrestres et aériennes, ce qui contribuera sans aucun doute au développement de ce domaine vital, qui est considéré comme un affluent important dans le développement économique durable », rapporte le document du ministère des Transports.