La France constitue la première destination pour les étudiants maghrébins désirant poursuivre leurs cursus à l’étranger. Au-delà des raisons historiques, la qualité des études en France est souvent citée en exemple, ce qui fait d’ailleurs de l'hexagone le 6e pays au monde en matière d’accueil des étudiants étrangers derrière les États-Unis, l’Angleterre, l'Australie, le Canada et l'Allemagne.

La France garde toujours sa réputation de pays d’accueil des étudiants étrangers, particulièrement en provenance des pays du Maghreb (Algérie, Tunisie, Maroc) et ceux de l’Afrique francophone. Une réputation qui reste intacte en dépit de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, comme le confirment les derniers chiffres du ministère de l’Intérieur révélés le lundi 20 décembre par Franceinfo. Mieux encore, le nombre d'étudiants étrangers arrivés en France en 2021 est en hausse de 3 % par rapport à 2020, indique la même source.

Le nombre d'étudiants maghrébins en France en hausse de 16 % cette année

La France compte actuellement quelque 360'000 étudiants étrangers au niveau de ses universités, soit 21 % de plus qu’en 2016, selon les chiffres de l'agence de promotion à l'étranger de l'enseignement supérieur, repris par Franceinfo. Dans le détail, la France a accueilli en 2020-2021 davantage d'étudiants des trois pays du Maghreb, avec une hausse 16 % par rapport à 2019, +17 % d'Afrique francophone, +50 % du Liban, +43 % des États-Unis, et +30 % de Turquie.

Selon la même source, 46 % des étudiants étrangers en France viennent d’Afrique, avec à la première place les étudiants en provenance du Maroc suivis par les Algériens. Les étudiants tunisiens arrivent à la quatrième place derrière les Chinois suivis par les Sénégalais et les Ivoiriens. Les étudiants marocains sont largement en tête des étudiants étrangers en France avec près de 45'000 étudiants, selon la même source, qui n’a pas donné les chiffres des étudiants des autres nationalités.

Toutefois, le nombre d’étudiants algériens inscrits en France est de 31'000, selon les chiffres annoncés le 3 octobre dernier par le président de l'association « Algériens des deux rives et leurs amis (ADDRA) ». Les Algériens représentent actuellement 9 % des étudiants étrangers inscrits dans les universités françaises.