Il ne se passe pas une semaine sans qu'un incident ne soit signalé dans des aéroports ou des ports. Ceci est valable particulièrement depuis la réouverture partielle des frontières algériennes le 1er juin 2021, après plus d'une année de fermeture engendrée par la pandémie de Covid-19. Les ressortissants algériens sont notamment impliqués dans ces incidents, que ce soit en Algérie ou à l'étranger.

C'était le cas, le dimanche 26 décembre, à l'aéroport El Prat de Barcelone, en Espagne. Des passagers algériens se sont impliqués dans une altercation avec des employés de la compagnie low cost Vueling, notamment la cheffe d'escale, considérée comme la source de la tension entre les employés de la compagnie et certains ressortissants algériens.

En fait, les Algériens mécontents reprochaient à la cheffe d'escale et à des employés de Vueling la décision de fermer l'enregistrement avant l'heure prévue. Selon le témoignage d'un Algérien sur place, repris par le site spécialisé dans les vols Visas-Algérie, la cheffe d'escale de Vueling a demandé aux employés de la compagnie de fermer l'enregistrement 25 minutes avant l'heure prévue.

En effet, d'après eux, c'est à 5 h 55 que la compagnie espagnole a fermé les comptoirs d'enregistrement, alors qu'ils devaient rester ouverts jusqu'à 6h20. Et cette décision a empêché plusieurs passagers algériens d'embarquer vers Oran. Elle a surtout fait monter la tension d'un cran à l'aéroport de Barcelone, où les restrictions liées au Covid-19 et les prix exorbitants des billets vers l'Algérie sont déjà étouffants.

« La cheffe d'escale […] du vol Vueling de Barcelone vers Oran a fait fermer l'enregistrement à 5 h 55 au lieu de 6 h 20. Plusieurs personnes ont raté ce vol. C'est un comportement méprisant. Il a fallu l'intervention de la police pour calmer les voyageurs », a affirmé un ressortissant algérien dans une vidéo qu'il a publiée lui-même sur les réseaux sociaux.

À la suite de cet incident, la compagnie espagnole Vueling a diffusé un bref communiqué sur son site officiel pour donner sa version des faits. « Les comptoirs d’enregistrement ouvrent deux heures avant le décollage et ferment 40 minutes avant l’heure de départ programmée (même si le vol est retardé) », précise la compagnie en ajoutant qu'aucun bagage ne sera accepté ni aucune carte d'embarquement délivrée après l'heure limite de l'enregistrement.