Yazid Yarichène n'est plus président de la JS Kabylie. Il a annoncé sa démission de son poste dans la soirée de jeudi 10 février 2022 lors d'une conférence de presse animée à l'issue de la défaite à domicile du club kabyle face au MC Alger (0-1). Yarichène a affirmé que sa décision était irrévocable.

Yazid Yarichène a pris les rênes du club phare de la Kabylie en septembre 2021, après un long conflit avec l'ancien président, Cherif Mellal. Yarichène, qui a été désigné nouveau président du Conseil d'administration de la formation kabyle en mars 2021, n'a accédé au poste qu'après l'intervention de la justice qu'il avait saisie.

Une aventure d'une courte durée

Dès son intronisation, le nouveau boss a tenté d'injecter du sang neuf à son équipe en recrutant un nouvel entraîneur et surtout un nouveau manager, en la personne de l'ex-international algérien Karim Ziani. Yarichène, qui avait promis « de remettre la JSK sur les rails », a également fait signer de nouveaux joueurs, à l'image de l'expérimenté gardien Azzedine Doukha.

Sur le terrain et sur le plan technique, les Canaris ont réalisé des résultats prometteurs. Mais cette semaine a été cruciale et surtout fatale pour le président. La JSK a, en effet, enregistré son premier véritable revers cette saison en se faisant sortir de la Coupe de la Confédération africaine le week-end dernier par la modeste équipe des Royal Leopards d’Eswatini. Jeudi 10 février, les Kabyles ont été défaits à domicile par leur éternel rival, le MCA (1-0). Ces deux contre-performances n'ont ainsi pas été sans conséquences pour la direction de la JSK qui a enregistré la démission de son premier responsable.

« Je suis démissionnaire et je ne reviendrai pas »

Evoquant « des pressions », Yazid Yarichène, qui s'est exprimé en conférence de presse à l'issue du clasico, a annoncé sa démission de la présidence de la JSK. « J’aime la JSK, mais je suis démissionnaire et je ne reviendrai pas. On ne peut pas travailler dans de telles circonstances. Il y a beaucoup de pressions», a déclaré le désormais ex-président de la JSK.

Ce dernier a dénoncé également un complot contre sa formation. « Des clubs ont eu des milliards et la JSK aucun centime, ni de la part de la commune, de la wilaya ni du ministère. Ils veulent casser ce club et je ne marcherai pas », a-t-il dit. Yazid Yarichène a aussi cité, dans sa plaidoirie, l'épisode du confinement de son équipe après son retour de l'Eswatini suite à son match contre Royal Léopards. Il a affirmé que la JSK a été empêchée de s'entrainer au centre de Sidi Moussa.