Pour faire venir sa femme en France, un émigré a tenté de lui procurer un faux visa. Pour ce faire, il a sollicité une de ses connaissances établies à Alger, qui lui a réclamé une somme de 9000 euros contre ce fameux sésame. Le plan n'a cependant pas fonctionné. Les trois personnes ont été arrêtées.

Le procédé n'est en fait pas nouveau en Algérie. Ne pouvant pas se procurer un visa en bonne et due forme, pour une raison ou une autre, des citoyens n'hésitent pas à opter pour ce plan qui consiste à acheter un faux visa contre des montants faramineux. Des réseaux activant dans ce domaine ont été d'ailleurs démantelés par le passé. Cela dit, cette activité est décidément toujours d'actualité.

Une affaire relative à ce genre de pratiques a été examinée la semaine écoulée au nouveau du tribunal de Dar El Beida à Alger, a rapporté le quotidien arabophone Ennahar. Un émigré établi en France depuis 2016 n'a pas trouvé mieux pour faire venir sa femme dans l'Hexagone que de tenter de lui procurer un faux visa.

9000 euros pour un faux visa : l'affaire devant le tribunal de Dar El Beida

Pour ce faire, il a versé une somme de 9000 euros, soit plus de 180 millions de centimes à une tierce personne qui réside à Alger. C'est ce qu'il a soutenu lors de son audience. Il a affirmé qu'il a opté pour cette solution après que les tentatives de sa femme pour avoir un visa dans les règles ont échoué. Son épouse, a indiqué de son côté que sur demande de son mari, elle a remis un dossier complet qui comporte entre autres documents son passeport à la personne qui devait se charger de l'obtention du visa.

À lire aussi :  Seine-Saint-Denis : Violente bagarre entre Algériens et Égyptiens

Cette personne qui travaille au niveau d'une agence de voyages à Alger a nié les faits. Cela n'a cependant pas convaincu le procureur de la République qui a requis une peine d'une année de prison ferme assortie d'une amende de 100 000 dinars contre les trois prévenus.