Les Algériens bloqués en Ukraine vivent un véritable calvaire. Ils sont nombreux à faire part des difficultés auxquelles ils font face dans des vidéos publiées sur les réseaux sociaux. Ces Algériens, qui se retrouvent dans un pays qui vit au rythme de bombardements, affirment être livrés à eux même. Ils sont contraints de fuir avec leurs propres moyens en laissant derrière eux tout ce qu'ils ont construit depuis leur installation en Ukraine.

« Je suis un Algérien installé en Ukraine. Je suis marié et j'ai un enfant de 6 mois. Je résidais dans une autre ville, je suis venu à Kiev pour faire les papiers de mon fils. Avec les formalités avec l'ambassade et les services d'immigration, ça prend du temps. Je suis resté à Kiev 21 jours. J'ai laissé mon fils chez sa grand-mère. Le jour où je suis arrivé à déposer (les papiers, NDLR) les Russes sont entrés et les portes se sont fermées », témoigne un Algérien avec beaucoup d'émotions.

Il ajoute en larmes : « je suis resté à Kiev alors que la majorité est partie, j'ai appelé l'ambassade d’Algérie. Ils m'ont dit qu'ils ne pouvaient rien faire pour moi. Mon fils de 6 mois a passé 4 jours dans un bunker, sa grand-mère est très vieille. Je ne peux ni aller le voir et lui aussi ne pourra pas venir ». Cet Algérien appelle les autorités algériennes de l'aider « pas financièrement, il me manque juste une autorisation ou une intervention politique auprès des autorités ukrainiennes pour me laisser sortir de cette ville pour aller récupérer mon fils ».

Comme cet Algérien, ils sont nombreux à témoigner de leur désarroi. Ils sont nombreux à essayer de joindre la Pologne. Ces Algériens témoignent tous des difficultés auxquelles ils font face. Omar. D qui a pris le train pour la Pologne a affirmé dans une vidéo qu'il a eu beaucoup de chance contrairement à d'autres, contraints de faire le trajet en 3 jours avec plein d'incertitudes. Un autre Algérien affirme qu'un transporteur leur a demandé de payer 500 dollars pour un trajet qui coûtait avant moins de 50 dollars.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Il faut dire que la communauté algérienne en Ukraine se compose essentiellement d'étudiants qui n'ont pas beaucoup de moyens. Ils se retrouvent dans un pays en guerre sans aucune assistance.