Le ministre algérien des Sports, Abderrezak Sebgag, s'est exprimé ce dimanche 17 avril sur le match Algérie-Cameroun et l'élimination des Fennecs de la Coupe du Monde. Dans des déclarations à la presse, le ministre a évoqué le recours déposé par la FAF, ainsi que les preuves présentées à la FIFA. 

Le fameux match retour Algérie-Cameroun disputé le 29 mars dernier au stade Mustapha-Tchaker de Blida pour le compte des barrages pour le Mondial 2022 continue de faire parler de lui. Cette rencontre, qui s'est soldée par une défaite des Verts (1-2) est en effet sur toutes les lèvres. Les amateurs de la balle ronde et surtout les supporteurs de l'équipe d'Algérie ne cessent de ruminer cette défaite. Le match attire encore et toujours l'attention, surtout à l'approche du très attendu 21 avril, date retenue par la FIFA pour répondre au recours de l'équipe d'Algérie.

Il est à noter que cette dernière, soutenue par des milliers de supporteurs algériens, a déposé sa requête pour réclamer de rejouer le match. Cette revendication a été mise en avant à cause de l'arbitrage de Bakary Gassama, jugé « vicieux » et « scandaleux ». L'Algérie a-t-elle les chances de voir son recours aboutir ? Les avis des spécialistes et du grand public sportif différent et chacun et y va de sa propre analyse, comme le commentateur Hafid Derradji, qui s'était prononcé en la défaveur des Verts.

À lire aussi :  Quel est le problème de Bennacer avec l'AC Milan ?

Le ministre des Sports parle des « preuves » présentées à la FIFA

Le 17 avril, c'est le ministre de la Jeunesse et des Sport, Abderrezak Sebgag, qui s'est exprimé sur la rencontre. En marge d'une visite effectuée à Annaba, il affirmé que la sélection algérienne a été victime de l'arbitrage face au Cameroun.

Évoquant le recours déposé par la FAF contre l'arbitre gambien Gassama, le ministre a affirmé que l'Algérie a déposé un dossier solide. « Les preuves présentées à la FIFA montrent qu'il y a une injustice envers l'équipe nationale », a souligné le ministre des Sports. Sebgag a cependant souligné que le dernier mot revient à la FIFA, bien qu'il espère que justice soit rendue à l'équipe d'Algérie.