Le port du Burkini dans les piscines sera désormais permis à Grenoble, en France. Le nouveau règlement intérieur régissant ces espaces a été adopté lundi 16 mai lors du très attendu conseil municipal.

La polémique enflait depuis plusieurs jours dans la municipalité de Grenoble. Entre les pour et anti port du burkini au niveau des piscines, la guerre faisait rage. Le maire a été durement critiqué pour avoir prévu cette délibération portant la modification du règlement intérieur dans ces espaces.

Le conseil municipal du lundi 16 mai s'annonçait ainsi tumultueux. Et il l'a été. En effet, les débats et les explications entre les deux protagonistes ont été on peut plus houleux, ont indiqué plusieurs sources médiatiques françaises. Le maire, qui a été derrière cette loi, aura entendu à l'occasion des vertes et des pas mûres.

« C’est dégueulasse d’utiliser les musulmans de Grenoble pour assurer ton buzz médiatique et ton ambition nationale », lui a signifié un des opposants. « Vous salissez Grenoble », a lancé un autre. « Vous êtes instrumentalisé par une minorité agissante. Vous vous êtes isolés sur la scène politique », lui a-t-on encore signifié, indiquent les mêmes sources.

Le port du Burkini autorisé dans les piscines à Grenoble à partir du 1er juin

Balayant d'un revers de la main toutes ces critiques, l'édile communal de Grenoble a affirmé notamment que rien n'interdit le port de vêtements religieux dans l'espace public, « y compris à la piscine ». La délibération a duré près deux heures et demie. D'ailleurs le nouveau règlement intérieur qui consacre le port du Burkini dans les piscines a été adopté sur le fil avec 29 voix. 27 élus ont voté contre cette nouvelle loi qui entrera en vigueur à partir du 1er juin prochain.

Les opposants à ce nouveau règlement ne s'avouent pas toutefois vaincus. Selon les médias français, le préfet de l’Isère compte saisir le tribunal administratif de Grenoble pour faire appel à une disposition introduite par la loi sur le séparatisme votée en août 2021.