Encore une tentative de transfert illicite de devise déjouée au niveau de l'aéroport international d'Alger. Le mis en cause, cette fois, n'est autre qu'un notaire, qui a été arrêté la semaine dernière en possession d'une importante somme d'argent estimée à 56 000 euros non déclarés. 

Les tentatives de transfert d'argent d'une manière illégale vers l'étranger sont devenues monnaie courante en Algérie. Le phénomène, qui ne date pas d'aujourd'hui, a repris de plus belle depuis la réouverture partielle des frontières algériennes. Depuis quelques mois, il ne se passe plus une semaine sans que l'on fasse état d'une tentative du genre déjouée par les services de sécurité.

La semaine dernière, les éléments de la police des frontières (PAF) de l'aéroport international d'Alger ont mis en échec une autre tentative, dont l'auteur est un notaire. Celui-ci était en possession d'un montant évalué à 56 000 euros, soit l'équivalent de plus d'un milliard de centimes de dinars.

Une somme que le mis en cause n'a pas déclarée aux services concernés et qu'il a soigneusement cachée d'ailleurs dans ses bagages pour tenter d'éviter d'être pris. C'était cependant sans compter sur la vigilance des éléments de la PAF, qui se sont rendu compte de ses intentions.

Après une fouille minutieuse, les policiers ont mis la main sur cet argent, qu'ils ont récupéré. L'accusé a été, quant à lui, appréhendé et conduit au commissariat avant qu'il ne soit présenté à la justice, où il sera appelé à répondre aux accusations portées contre lui. Celui-ci est poursuivi pour le délit relatif à l'infraction à la législation et à la réglementation des changes et des mouvements de capitaux de et vers l’étranger, rapporte le journal arabophone Echorouk.