L'aéroport international Tunis-Carthage se trouve sous le feu de la critique à cause de la qualité de ses services qui laissent à désirer, selon les voyageurs qui ont tenu à exprimer leur désappointement sur les réseaux sociaux. D'après ces derniers, cet aéroport, qui connait une forte affluence, est dépassé et ne répond plus aux besoins.  

L'aéroport Tunis-Carthage est l'une des plus importantes structures aéroportuaires de la Tunisie. Après près de deux ans de disette causée par la crise sanitaire, celui-ci, à l'instar des autres aéroports internationaux des différents pays, a repris de plus belle son activité à la faveur de l'amélioration de la situation sanitaire.

Cette structure ne désemplit pas à longueur de journée et connait un interminable trafic. Cette affluence est appelée d'ailleurs à augmenter durant la prochaine saison estivale. La Tunisie, qui est un pays touristique par excellence s'attend à un nombre important de vacanciers durant l'été prochain.

Pour nombre de voyageurs et spécialistes tunisiens, l'aéroport de la capitale tunisienne est appelé à améliorer la qualité de ses services pour permettre un meilleur accueil aux touristes, mais aussi aux ressortissants tunisiens qui vont entrer au pays.

Aéroport de Tunis-Carthage : « contrôle de police et des douanes pendant trois à quatre heures »

Cet aéroport est en tous cas durement critiqué par les passagers qui l'ont fréquenté durant les quelques derniers jours. Les longues attentes, le manque d'organisation, les interminables files d'attente devant les guichets sont, entre autres, les griefs retenus contre cet aéroport, selon la presse tunisienne citant les témoignages de quelques voyageurs.

« Contrôle de police et des douanes pendant trois à quatre heures, c’est inadmissible, certains ont dû rater leurs vols, cet aéroport est une catastrophe », a indiqué un passager cité par la même source. « J’ai visité plusieurs villes, même en Afrique et en Asie, mais je n’ai jamais vu de telles conditions de voyage, c’est une honte », a enchainé le même passager. Ce constat est partagé chez les passagers tunisiens et étrangers qui ont dû faire escale dans cet aéroport.