L'Afrique, continent prisé par les touristes, développe ses capacités d’accueil notamment pour l'hébergement. D’après une enquête menée par W Hospitality Group, membre de Hotel Partners Africa en association avec l’Africa Hospitality Investment Forum (AHIF), le Maroc et l’Égypte sont les pays africains les plus attractifs dans le développement hôtelier en Afrique. De son côté l’Algérie a réalisé une grande avancée en se classant 6e sur le continent. 

Ainsi, selon les résultats de cette enquête, l'Égypte caracole en tête des pays africains en ce qui concerne les capacités d’accueil dans les hôtels, avec 6 142 chambres. Elle est suivie du Maroc avec 5 577 chambres. Ces deux pays sont donc en tête du peloton en matière du nombre de chambres physiquement en construction. L’Éthiopie, avec 3 871 chambres arrive en 3e position suivie du Cap-Vert avec 3 016 chambres, le Nigeria avec 2 544 chambres, le Kenya avec 2 450 et l’Algérie avec 2 337 chambres puis la Tunisie avec 2 280 chambres. L’Afrique du Sud avec 1 948 chambres et le Sénégal avec 1 919 chambres complètent le top 10.

Pour cette année 2022 l’Égypte arrive largement en tête du peloton en matière de pièces en projet ainsi que celles en construction avec plus de 21 000 chambres dans 85 hôtels en développement, en hausse de 20 % par rapport à l’année dernière. Elle est suivie par le Maroc, avec 7 209 chambres en développement, réparties dans 50 nouveaux hôtels. Le Nigeria, avec 5 619 chambres dans 33 hôtels arrive en 3e positions suivi de l’Éthiopie avec 206 chambres réparties dans 29 hôtels, le Cap-Vert avec 4 639 chambres dans 17 hôtels et l’Algérie qui arrive en 6e position avec 3 202 chambres réparties en 15 hôtels.

De son côté, la Tunisie arrive à la 7e position avec 2 918 chambres réparties dans 14 hôtels. Pour ce classement l’Afrique du Sud, avec 3 133 chambres réparties dans 21 hôtels, et le Sénégal, avec 2 693 chambres réparties dans 13 hôtels, ferment la marche du podium. Il faut dire que pour ce classement l’Algérie réalise une véritable avancée alors que la Tunisie réputée pour la performance de son secteur touristique est à la traîne.