Les conséquences de la décision algérienne de geler les domiciliations bancaires des opérations commerciales en lien avec l'Espagne commencent à se ressentir. Selon, le journal espagnol El Economista, la compagnie maritime Baleària, qui assure 2 navettes hebdomadaires entre les ports de Valence et Mostaganem, a décidé de suspendre la vente des billets pour cette ligne en raison du blocage de ses avoirs dans les banques algériennes. 

Le journal, qui cite le PDG de cette compagnie Adolfo Utor, indique que la compagnie a entre 4 et 5 millions d'euros qui correspondent à la vente des billets dans les banques algériennes. Une somme que la compagnie ne peut rapatrier en raison de la décision des autorités algériennes de geler les domiciliations bancaires des opérations commerciales. Selon cette source, ce montant comprend les voyages d'été dans le cadre de l'opération Crossing the Strait (OPE).

La décision algérienne met donc la compagnie dans une situation difficile surtout que, selon son directeur, le flou persiste sur l’étendue de cette crise diplomatique et ses conséquences sur les voyages avec l’Algérie. Adolfo Utor a indiqué en marge d’une conférence sur le tourisme que cette situation met l'entreprise dans une situation difficile. Pour limiter les dégâts, l'entreprise a décidé donc d’arrêter de vendre ses billets en Algérie en raison de l'impossibilité de rapatrier les fonds. Le PDG a également évoqué la possibilité de cesser la vente des billets tout en espérant que pour les dessertes prévues cette semaine tout va bien se passer. Ainsi, pour le moment, la vente de billets se poursuit via son canal en ligne, où le paiement peut être effectué en euro et également depuis l'Algérie et les réservations ont continué à être effectuées.

À lire aussi :  Air Algérie : Le retour à l'aéroport de Londres Heathrow ne sera pas de sitôt

Il faut rappeler que la crise diplomatique entre l'Algérie et l'Espagne s'est accentuée le mercredi 8 juin, avec la décision d'Alger de suspendre le traité d'amitié avec le Royaume ibérique. Quelques heures à peine après cette décision, les banques et les établissements financiers ont été saisis pour geler les domiciliations bancaires des opérations commerciales en lien avec l'Espagne.