Dans le sillage des sanctions algériennes contre l'Espagne, une information a circulé le 20 juin sur la suspension des agences de voyages et de tourisme algériennes de leurs activités avec l’Espagne. Les médias ont relayé une note adressée le 19 juin 2022 par le ministère du Tourisme aux agences de voyages de Bouira. Cette note stipule qu' « en application de la décision des hautes autorités du pays de suspendre le traité d’amitié signé en 2002 avec l’Espagne, nous vous demandons de suspendre toute relation de travail avec ce pays de façon immédiate ».

Cette note, qui a fait le tour des rédactions et fait réagir les opérateurs du secteur touristique, a été enfin de compte retirée. En effet, selon des informations du site Visa-Algérie, le responsable de la direction du tourisme et de l'artisanat de la wilaya de Bouira a évoqué un malentendu. « Il ne faut pas prendre en compte cette note. C'est un malentendu. Nous l'avons bien publiée, mais elle a été retirée. Une erreur s'est produite ». Ce responsable affirme que cette note ne doit pas être prise en considération « nous ne demandons rien aux agences de voyages. La note a été annulée », ajoute-t-il.

En effet, que depuis la suspension du traité d'amitié avec l'Espagne, des informations contradictoires circulent sur des sanctions économiques décidées par l’Algérie. Il faut dire aussi que la publication de cette note a jeté un froid sur les agences de tourisme et de voyage. Des milliers d’Algériens sollicitent à longueur d’année les services de ces agences pour des séjours dans les stations balnéaires espagnoles et cela dans le cadre de la coopération touristique entre les agences de voyages et de tourisme des deux pays.

L'annulation de cette note redonne donc de l'espoir à ces agences qui sortent de deux années de crise due à la pandémie. Elles connaissent une relative relance de leurs activités, notamment pour cette saison estivale.