L'attestation d'hébergement est l'un des documents exigés dans le dossier des visas d'étude pour les Algériens espérant poursuivre leur cursus en France. Ce n'est cependant pas tout le monde qui peut s'en procurer. Des dizaines, voire des centaines d'entre eux ont dû mettre une croix sur leurs rêves à cause de cette attestation.

Ils sont nombreux ces étudiants algériens qui désirent aller en France pour poursuivre leurs études dans l'une des universités de ce pays. Chaque année, des centaines d'entre eux réussissent d'ailleurs à réaliser leur rêve. En 2021, à titre d'exemple, ils étaient 31 000 d'étudiants algériens à s'inscrire dans les différentes universités françaises.

Cela dit, ce ne sont pas tous ces inscrits qui ont réussi à rejoindre les universités de l'Hexagone. Certains d'entre eux n'ont pas pu le faire pour la simple raison qu'ils n'ont pas pu obtenir leur visa pour aller en France. Leurs demandes étant refusées, et ce pour de différentes causes. La plus récurrente est relative au dossier fourni, qui était incomplet.

Études en France : Des centaines d'Algériens s'inscrivent chaque année

Ce problème s'est toujours posé pour ces étudiants algériens qui veulent s'expatrier. En effet, après avoir pourtant réussi à s'inscrire dans l'une des universités françaises, certains parmi ces derniers se voient échouer dans leurs démarches à la dernière étape, qui concerne la constitution du dossier de demande de visa.

À lire aussi :  Guerre d'Algérie : révélations sur les prisons de Normandie

Le document, qui a toujours été un souci majeur pour ces universitaires, n'est autre que l'attestation d'hébergement. Un document exigé et que peu d'étudiants peuvent se procurer. Ceux-ci, qui se voient toucher du doigt leur rêve, n'hésitent pas à chercher via même les réseaux sociaux un émigré qui peut leur envoyer cette attestation. Des appels dans ce sens sont devenus monnaie courante sur le net par des étudiants en quête de ce fameux papier. Peu d'entre eux, cependant, réussissent à convaincre. Les ressortissants algériens se montrent, en effet, réticents à établir ce document.

Pour eux, c'est un risque à courir. Pourtant ces étudiants ne demandent que le papier. Ils affirment qu'ils se débrouilleront une fois en France et ne compteraient nullement sur leurs « faux hébergeurs ». Cette stratégie ne fonctionne ainsi que rarement et plusieurs dizaines d'étudiants ont dû faire l'impasse sur ce voyage après avoir pourtant réussi à s'inscrire dans une université française. L'attestation d'hébergement aura ainsi brisé le rêve de plus d'un parmi ces étudiants qui espèrent que ce document soit supprimé du dossier à fournir.