La guerre en Ukraine a eu un impact considérable sur les hydrocarbures. Les prix du gaz et du pétrole ont fortement augmenté, au point de mettre en danger la sécurité énergétique de  plusieurs États, notamment en Europe. Ce continent est à la merci des livraisons de gaz russe, qui peut fermer les robinets à n'importe quel moment. C'est dans ce contexte très difficile que l'Europe a décidé de se remettre au charbon.

En effet, l'Allemagne, l'Autriche, l'Italie, la France et les Pays-Bas ont annoncé leur recours au charbon. La France, qui avait pour des raisons écologiques fermé en mars 2022 une centrale à charbon à Saint-Avold, a décidé de sa réouverture pour sécuriser les approvisionnements du pays en électricité. Le ministère de la Transition énergétique a indiqué que cette décision a été prise « à titre conservatoire, compte tenu de la situation ukrainienne et des tensions sur le marché de l'énergie ».

L'hiver s'approche, avec les craintes d'un manque d'approvisionnement en gaz. La crise énergétique remet à l'ordre du jour le recours au charbon et le stockage du gaz. Devant la nécessité de se chauffer, l'écologie est reléguée au second plan et l'Europe cherche en d'autres fournisseurs en gaz, ainsi que d'autres sources d'énergie moins coûteuse que le GNL.

À lire aussi :  Visite du président français Emmanuel Macron en Algérie : au-delà du devoir de mémoire et du gaz (contribution)

30 ans d'efforts pour la réduction de la consommation de charbon anéantis

La France, à titre d'exemple, met fin à plus de 30 ans d'efforts pour la réduction de la consommation de charbon, qui a baissé de 72 % entre 1990 et 2020. Au nom de la solidarité européenne, la France s'approvisionnera en charbon allemand. De son côté, l'Allemagne a annoncé la prolongation de la durée de vie des centrales à charbon. « C'est amer, mais c'est indispensable pour diminuer notre consommation de gaz », regrette le ministre allemand de l'Écologie, Robert Habeck, qui avait pour mission de « décarboner » l'économie allemande. 5 sites, qui devaient fermer leurs portes fin 2022 et fin 2023, ne le feront qu'en 2024. À supposer, bien sûr, que la situation s'améliore.

En Autriche également, le retour au charbon est annoncé. C'est une solution d'urgence, affirment les autorités autrichiennes, qui ont décidé de la réouverture d'une centrale à charbon fermée au printemps 2020 avec ses 450'000 tonnes de charbon stockées.

Par ailleurs, la perspective d'un hiver difficile fait réagir les États de l'UE. Les ministres de l'Énergie des 27 pays de l'UE, réunis lundi dernier, ont voté à l'unanimité en faveur de l'adoption d'une nouvelle loi garantissant que le stockage de gaz en Europe sera rempli au moins à 80 % d'ici novembre 2022.