Les experts ne cessent d'alerter sur l'imminence d'une récession mondiale. L'économie mondiale va mal, l'inflation a atteint des sommets alors que la croissance recule. Cette situation de l'économie mondiale aura un impact certain sur l'économie algérienne. En effet, la récession impactera les prix du pétrole, principale ressource de l'Algérie.  

Ainsi, après plusieurs mois de hausse, les prix du pétrole vont connaitre une chute considérable en raison de la situation des économies des pays consommateurs de pétrole. Des prix qui ont déjà commencé à baisser en raison des craintes de la récession qui ont relégué au second plan les problèmes d’approvisionnement. Ces derniers se trouvent réduits à cause de la guerre en Ukraine.

Pour les experts, le marché pétrolier se dirige vers un recul drastique de la demande et des prix. Ce recul impactera les économies des pays producteurs, notamment l'Algérie, qui est quasi-dépendante des hydrocarbures. Donc, les recettes algériennes vont baisser en parallèle à la croissance économique qui est tributaire des prix du pétrole, pendant que l'inflation va continuer à grimper dans le pays. L’Algérie, qui a profité de l'embellie pétrolière pour assurer ses équilibres budgétaires, se retrouvera ainsi dans la même situation qu'au début de la crise sanitaire (2020), quand ses recettes n'ont pas dépassé le 22 milliards de dollars.

Il faut dire aussi que dans cette conjoncture, le pouvoir d'achat des Algériens va encore reculer. Ainsi, en plus de la dépréciation du dinar algérien, la hausse des prix des produits de consommation sur les marchés mondiaux va toucher les petites bourses. Les Algériens, qui font face à une crise économique sévère, vont voir leurs revenus insuffisants pour boucler les fins de mois. La hausse des prix sur les marchés mondiaux sera très perceptible en Algérie. Elle causera une augmentation significative. Cette hausse des prix, combinée à la dépréciation du dinar algérien, pèsera très lourd sur les Algériens. Cette situation ne donnera pas beaucoup de marge de manœuvre au gouvernement, étant donné que toutes les mesures qui peuvent être prises dépendent des recettes du pétrole. Des recettes qui vont certainement baisser en raison de cette récession économique annoncée.