Les marchés pétroliers sont volatils. Les prix du pétrole sont instables ces derniers jours. Ils ont connu une relative hausse ce mercredi 13 juillet après avoir dégringolé la veille au soir au-dessous de la barre des 100 dollars, une première depuis 3 mois. Le baril de Brent est donc repassé tout juste au-dessus de la barre des 100 dollars. Ces bouleversements sont dus au climat d'anxiété quant à la possibilité d'une récession mondiale.

Ainsi, ce 13 juillet, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre se négociait à 100,57 dollars, soit une hausse de 1,09 %. Mardi soir, il avait chuté de 7,10 % à 99,49 dollars, clôturant sous 100 dollars. Quant au West Texas Intermediate (WTI) américain, ils demeuraient sous le seuil des 100 dollars à 96,83 dollars, soit une progression de 1,03 %. La veille au soir, le brut d'outre-Atlantique avait aussi plongé de 7,92 % à 95,8 dollars.

Le pétrole traverse donc une période d’incertitudes. Craig Erlam, analyste d'Oanda, estime que « le pétrole est en chute libre », plongeant « à mesure que les perspectives de croissance se détériorent ». Cette situation est d'autant plus accentuée par les inquiétudes concernant la demande. Quant à Carsten Fritsch, analyste pour Commerzbank, il explique qu' « en Occident, la combinaison des prix élevés de l'énergie et de la hausse des taux d'intérêt alimente les craintes d'une récession qui aurait un impact sérieux sur le marché de l'or noir ».

Le pétrole finira par retrouver le chemin au-dessus de 100 dollars

Il faut dire qu'une nouvelle vague de restrictions sanitaires en Chine préoccupe les investisseurs. Ces restrictions qui font craindre de nouvelles fermetures impactent considérablement les marchés pétroliers. En effet, la province de Macao a entamé le 11 juillet son premier confinement depuis le début de la pandémie afin d'endiguer sa pire vague de Covid-19. La demande chinoise de pétrole a donc baissé et risque de continuer sur cette lignée pendant quelques semaines. Ce qui accentue les craintes sur la baisse de la demande en or noir.

Cependant, il faut souligner que les prévisions sur la demande en pétrole restent au deçà de la situation actuelle. Le rapport mensuel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) table sur une demande de pétrole toujours en croissance en 2023, mais à un rythme moins soutenu. L'agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) fait le même pronostic, et annonce une consommation en hausse de 2 millions de barils par jour l'an prochain, contre 2,2 cette année. Donc « la correction (des cours) est allée trop loin » selon les experts qui affirment que « le marché a tellement souffert qu'il va lui falloir quelques jours pour se remettre, mais on est beaucoup plus près d'un plancher que d'un sommet ». Ces experts assurent que « le pétrole finira par retrouver le chemin au-dessus de 100 dollars ».