Les apparitions de Mohammed VI sont devenues très rares ces derniers temps. Le roi a annulé la fête du trône pour la 3e fois consécutive. Cependant, il s'est adressé aux Marocains en cette occasion. Mohammed VI est visiblement affaibli. En lisant son discours, le roi marocain a confirmé que son état de santé pose problème. Ce qui renseigne un peu plus sur ces voyages fréquents en France. En effet, le roi se rend souvent dans l'hexagone ces derniers temps. Juste après son discours, il s'est à nouveau envolé vers ce pays. 

Un nouveau voyage qui relance le débat sur les raisons qui poussent le roi à quitter le Maroc. Ainsi, quelques heures après son discours prononcé samedi à Rabat, à l’occasion de la Fête du Trône, Mohammed VI s’est à nouveau envolé vers Paris. C’est le quatrième voyage du monarque marocain cette année. En effet, depuis le début de l’année, il a déjà effectué trois voyages à l’étranger. Le roi marocain était dans la capitale française entre le 1er juin et le 9 juillet, veille de l’Aid al-Adha au Maroc et y est retourné le 13 juillet jusqu’à la Fête du Trône.

Ce nouveau voyage confirme donc que le roi est très occupé en France. Il se rend fréquemment ces derniers temps dans ce pays sans que des explications officielles ne soient données, ce qui pousse les observateurs à la spéculation. Déjà, lors de sa dernière visite, des sources marocaines ont affirmé que le roi était parti se soigner. Est-il revenu à Paris pour des contrôles médicaux ? Son état s'est-il détérioré ?

À lire aussi :  En Kabylie, l'arbitrage d'un tournoi de football par des femmes fait polémique

Ce sont des questions qui restent sans réponses, étant donné que le palais royal verrouille l'information sur ce dossier. Cependant, les médias affirment que le séjour du monarque marocain dans la capitale française est lié à des raisons de santé. Sa dernière visite a été écourtée en raison de la célébration de la fête du Trône, qui commémore son intronisation en tant que roi du Maroc il y a 23 ans. Donc Mohammed VI retourne cette fois si dans la capitale française en ayant du temps pour se soigner sans que le calendrier politique ne lui impose de revenir précipitamment.