L'international marocain Achraf Hakimi, qui évolue au sein du Paris Saint-Germain, a été copieusement sifflé, dimanche 31 juillet, par le public du stade Bloomfield de Tel-Aviv, en Israël, à l'occasion du match qui a opposé son équipe au FC Nantes dans le cadre du Trophée des champions, délocalisé en Israël par la Ligue de football professionnel (LFP). Le public israélien veut visiblement faire payer au défenseur marocain ses prises de position favorables à la cause palestinienne.

C'est ce qui s'est passé l'an dernier dans la même enceinte sportive et cela s'est répété cette année encore. À chaque prise de balle, Achraf Hakimi a été sifflé par un public israélien qui ne le porte pas dans son cœur. Cela a commencé dès le début du match, puisque le marocain a été titularisé par son coach, et cela s'est poursuivi jusqu'à sa sortie du terrain à la 78e minute de jeu.

L'année dernière et à l'occasion de la même compétition qui avait opposé le PSG au club de Lille, Achraf Hakimi a subi les mêmes sifflements et le même comportement hostile du public du Bloomfield Stadium. C'était une réaction à ses différentes sorties propalestiniennes, dont la dernière date du 10 mai 2021.

Un hashtag #FreePalestine que les Israéliens ne veulent pas pardonner à Hakimi

 

En effet, le défenseur marocain du PSG a publié, le 10 mai 2021, son dernier tweet sur la question palestinienne. C'était un hashtag #FreePalestine. Depuis, et après le premier incident à l'occasion de son match contre Lille le 1er août 2021, Achraf Hakimi s'est voulu discret et a cessé de partager des tweets propalestiniens. Il croyait peut-être qu'en cessant ses publications, le public de Tel-Aviv cesserait de le harceler. Visiblement, les Israéliens ne semblent pas vouloir pardonner au Lion de l'Atlas. D'ailleurs, selon le quotidien français Le Parisien, Hakimi était tout le temps accompagné d'un garde du corps durant son séjour en Israël.