Un réseau spécialisé dans le transfert illicite de la devise vers l'étranger a été démantelé la semaine dernière en Algérie, a indiqué la direction générale de la sureté nationale (DGSN) mardi 9 aout dans un communiqué. Composé de trois personnes, le groupe de malfaiteurs effectuait le trafic par l'intermédiaire d'une société d'importation de médicaments, explique la même source. 

C'est un véritable coup de filet que viennent de réussir les forces de sécurité en Algérie. Celles-ci , grâce à des informations qui leur sont parvenues, ont mis la main sur trois individus composant un réseau de transfert illicite de devise vers l'étranger. Les trois malfaiteurs, dont un ressortissant étranger, effectuaient cette activité illégale dans le cadre d'une société d'importation de médicaments, a expliqué un communiqué de la direction générale de la sureté nationale.

Selon la même source, le groupe transférait la devise en gonflant les factures et en blanchissant l'argent. « Dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée, la cellule de lutte contre la criminalité économique et financière de l'administration centrale de lutte contre la criminalité organisée est parvenue, cette semaine, à mettre un terme à l'activité d'un réseau criminel international composé de 3 personnes, dont un ressortissant étranger, qui faisait passer des fonds à l'étranger en gonflant des factures et en blanchissant de l'argent par l'intermédiaire d'une société spécialisée dans l'importation de fournitures médicales », a indiqué en effet la DGSN dans son communiqué.

À lire aussi :  France : Un Algérien arrêté après avoir commis 13 vols en une nuit

Le montant transféré ainsi d'une manière illégale est estimé à 1,6 million d'euros et 75 millions yens japonais. La valeur des dommages financiers causés au trésor public s'élève à « 65 milliards de centimes », souligne la direction de la sureté nationale dans son communiqué. Ajoutant qu'une importante « quantité de fournitures médicales périmées d'une valeur de 2 millions d'euros, 4 voitures, des sceaux contrefaits et des ordinateurs » ont été saisis.