La pandémie du Covid-19 continue à engendrer des pertes humaines en Algérie. Le personnel du secteur de la santé, qui fait face à cette pandémie, a déjà payé un lourd tribut.

Selon un bilan rendu public le vendredi 20 août, pas moins de 772 travailleurs du secteur de la santé sont décédés en Algérie des suites de leur contamination au virus du Covid-19 depuis l'apparition de la pandémie. Parmi ces décès par le Covid-19 figurent 302 médecins et 432 autres travailleurs du secteur de la santé.

« Nous avons enregistré le décès de 302 médecins dû au Covid-19 depuis le début de la pandémie et 432 décès de professionnels du secteur, et plus de 30'000 professionnels de la santé contaminés », a indiqué, vendredi 20 août, à la radio de Sétif le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP), le Dr Lyes Merabet.

68 médecins décédés en Algérie depuis le 1er juillet des suites du Covid-19

Selon la même source, « la troisième vague de la pandémie qui a frappé ces dernières semaines l’Algérie a été la plus meurtrière pour le secteur de la santé avec le décès de 45 médecins le mois de juillet et 23 autres depuis le début du mois d’août ». Un bilan effarant qui confirme le lourd sacrifice des professionnels de la santé durant cette pandémie marquée ces dernières semaines par l'apparition du variant meurtrier Delta.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

Une pandémie qui continue à faire des dégâts en Algérie avec prés de 200'000 contaminés et 4'229 décès enregistrés selon le dernier bilan rendu public jeudi 19 août par les services du ministère de la Santé. Durant les dernières vingt-quatre heures, le bilan a fait état de 694 nouveaux cas confirmés de Coronavirus (Covid-19) et 31 décès.

« La situation épidémiologique s'améliore, mais elle est assez instable » selon Dr Lyes Merabet

À ce propos, le Dr Lyes Merabet a expliqué que « la situation épidémiologique s'améliore actuellement, mais elle est assez instable, surtout dans certaines villes de l’intérieur du pays ». Le président du SNPSP a tenu à avertir sur « les conséquences du non-respect par les citoyens des mesures de prévention ».

Selon lui, « le non-respect des mesures de prévention pourrait nous mener au point zéro ». Il a ajouté que « les mesures urgentes prises, telles que la quarantaine, l'imposition de protocoles sanitaires et l'engagement des citoyens ont contribué à briser la troisième vague et à revenir progressivement à des nombres décroissants » des contaminés.