Les malheurs ne semblent pas finir avec la JS Kabylie en cette fin de saison. Après la sanction financière que lui avait infligée la FIFA suite à l'affaire de l'ex-entraîneur Yamen Zelfani, et le remue-ménage vécu par la formation kabyle avec le départ du coach Denis Lavagne et de plusieurs joueurs titulaires, voici que la CAF y ajoute au malheur de la JS Kabylie en décidant de lui infliger une sanction financière.


La Confédération africaine de football a annoncé, le 15 juillet dernier, l’ouverture d’une enquête disciplinaire en réaction à « un envahissement de terrain » survenu lors de la finale de la Coupe de la Confédération africaine qui a opposé, le 10 juillet à Cotonou, le Raja Casablanca à la JS Kabylie (2-1). Le verdit ce cette affaire est tombée ce dimanche 22 août.

La JS Kabylie sanctionnée financièrement par la CAF

« Le Jury Disciplinaire de la CAF a décidé d'infliger une amende de 8'000 USD à la JS Kabylie pour comportement antisportif de ses spectateurs et envahissement du terrain », indique le communiqué du Jury disciplinaire de la CAF publié ce dimanche 22  août sur le site officiel de l’instance footballistique.

Le Raja Casablanca écope d'une double amende

Le Jury Disciplinaire de la CAF a décidé d'infliger « une amende de 8'000 USD au Raja Club Athletic pour le comportement antisportif de ses supporters », ajoute le communiqué. En outre, le Jury Disciplinaire a « décidé d'imposer une amende supplémentaire de 5 000 USD au Raja Club Athletic pour l'interruption de la cérémonie de remise des médailles par les officiels du club », précise la même source.

À lire aussi :  FIFA : Voici le classement officiel de l'Algérie en octobre 2022

Un journaliste algérien sous le coup d'une sanction de la CAF

Dans son communiqué le jury disciplinaire de la CAF a également indiqué qu’à « l’issue de la finale de la Coupe de la Confédération de la CAF Total Energies, un journaliste algérien a perturbé la conférence de presse d'après-match et tenu des propos vulgaires à l'encontre d'un responsable de la CAF ».

Le Jury disciplinaire a « examiné le cas et a déterminé qu'un tel comportement est contraire aux principes et valeurs partagés par la CAF » explique le Jury disciplinaire, qui « recommande que la CAF prenne toutes les mesures nécessaires à l'encontre dudit journaliste, notamment en se réservant le droit de ne plus accréditer le journaliste pour non-respect des principes et règles de la CAF ».