La question de l’immigration reste le cheval de bataille de l’extrême droite à l’approche de chaque échéance électorale en France. En pleine précampagne pour la présidentielle d’avril 2022, le Rassemblement national de Marine Le Pen sort à nouveau le « ticket » de l’immigration pour attirer davantage d’électeurs.

Cette fois, les responsables du RN sont allés jusqu’à proférer des propos  jugés « racistes » envers les migrants algériens se trouvant en France, notamment au niveau de la ville de Nice. En effet, lors d’une conférence de presse tenue le 3 septembre à Nice, trois élus du groupe d’opposition Retrouver Nice appartenant au Rassemblement national ont fustigé la présence importante d’immigrés, dont des Algériens, dans cette ville du sud de la France.

Des élus du Rassemblement national fustigent « la présence importante d’immigrés » à Nice

Lors de la conférence de presse estivale des élus RN au Conseil municipal de Nice tenue le 3 septembre, une vaste étude démographique menée par France Stratégie a été présentée. Les élus du parti de Marine Le Pen avertissent contre « un changement de population à Nice, depuis les années 1990 ».

À cette occasion, le chef de file des conseillers RN, Philippe Vardon, qualifie l’immigration de « submersion » dont il faut « protéger les Niçois d’urgence ». Pour ces conseillers municipaux, « la proportion d’étrangers originaires de pays non-européens à Nice a enregistré une hausse alarmante ».

La part d’étrangers importante dans les quartiers pauvres de Nice

La proportion d’étrangers originaires de pays non-européens à Nice parmi les 0 – 18 ans est ainsi passée de 17 % il y a 30 ans à 30 % en 2017, dernière année à propos de laquelle des données ont été publiées par l’INSEE, puis reprises par France Stratégie.

« La répartition de ces jeunes n’est pas homogène dans notre ville. La carte du rapport le montre avec clarté : plus les quartiers sont pauvres, plus la part d’étrangers chez les non-majeurs est importante : En 2017, 58 % des ados des Moulins (Nice-Ouest) n’étaient pas originaires de pays européens. Cette proportion s’élevait à 63 % du côté des Liserons et de Bon Voyage, à l’Est de notre cité, de 65% à l’Ariane. Sur tous ces pourcentages, Nice surclasse l’ensemble des communes voisines », est-il présenté dans le rapport.

« On va assimiler plus difficilement un Algérien qu’un Espagnol », selon Philippe Vardon

Philippe Vardon juge que « nous avons un vrai problème d’intégration et d’assimilation avec des populations non-européennes qui sont culturellement très éloignées des Niçois ». « On va assimiler plus difficilement un Algérien qu’un Espagnol ici. Et encore plus difficilement un Malien qu’un Algérien » a-t-il ajouté.

Les élus RN estiment que « si l’on veut vraiment que Nice reste Nice, il est urgent d’agir, pour protéger les Niçois de cette immigration massive ». Pour ces conseillers municipaux du RN, la solution est de « voter pour Marine Le Pen ». Pour eux, il faudrait appliquer une « préférence nationale » dans l’attribution des logements sociaux, « maîtriser enfin nos frontières, expulser tous les clandestins et les criminels étrangers » ou encore « réformer l’attribution de la nationalité ».