L'Entreprise nationale des industries de l'électroménager (ENIEM), sise à Tizi-Ouzou, en Kabylie, est depuis plusieurs mois dans la tourmente. Elle risque tout bonnement la faillite, à défaut d’une intervention urgente des pouvoirs publics, comme le suggère le dernier cri d’alarme de la section syndicale de cette entreprise publique.

« Il y a juste quelques mois, les travailleurs de l'ENIEM étaient sortis dans la rue pour revendiquer le sauvetage de leur entreprise en proie à une crise financière des plus périlleuses. Aujourd'hui encore, nonobstant quelques mesures palliatives et autres promesses de relance, cette crise implacable persiste et l'ENIEM tarde à voir le bout du tunnel », indique le syndicat de l’ENIEM dans son communiqué publié le 23 août dernier.

17 millions de dollars octroyés à l’ENIEM dans le cadre du lancement de son nouveau projet

Et d'ajouter « à défaut, en fait, de disposer dans l'immédiat d'un fonds conséquent, l'entreprise sera en cessation d'activité dès septembre, et ce, faute de capacité d'approvisionnement ». Un cri d’alarme qui semble être bien reçu par les pouvoirs publics.

« Une enveloppe de 17 millions de dollars est accordée à l’ENIEM dans le cadre du lancement de son nouveau projet du froid. Ce montant d’argent, selon nos sources proches de cette entreprise, sera passé et avalisé par le CPE (conseil de participation de l’entreprise) dans les tout prochains jours » indique Le Jeune Indépendant.

Un crédit de 100 millions de dinars sera également accordé par le Trésor public à l’ENIEM

Par ailleurs, au cours de la réunion qui a eu lieu mercredi dernier au siège du ministère de l’Industrie et à laquelle ont participé le ministre concerné, le PDG de l’ENIEM de Oued-Aïssi et le Président du Groupe ELEC El Djazaïr, « il a été retenu le principe d’octroi d’un crédit d’un montant de 100 millions de dinars au profit de l’ENIEM ; crédit qui sera octroyé par le trésor public », ajoute la même source.

À lire aussi :  Une partie des 780 jeunes taureaux refusés par l'Algérie sera incinérée en France

Ce crédit sera débloqué « en quatre tranches et à raison de 25 millions dinars pour chacune d’elles ». La première sera débloquée au cours de ce mois de septembre 2021. Et la dernière, d’ici la fin de l’année en cours. S’agissant de l’utilisation de cet argent, la même source indique qu’il servira à « l’acquisition de la matière première ».