C'est probablement la première fois qu'un haut responsable de l'État fait un tel aveu. Les prix des billets d'avion proposés par la compagnie aérienne nationale Air Algérie sont très chers, et c'est le ministre des Transports qui le dit, le mardi 2 novembre, dans un entretien à Echorouk News. Il justifie cependant la pratique de tels prix par la compagnie algérienne.

En effet, le ministre des Transports Aïssa Bekkai a avoué que les prix des billets pratiqués par Air Algérie sont « très cher sur certains vols ». Il l'a déclaré à l'occasion de sa participation en tant qu'invité de la matinale de la chaîne TV Echorouk News.

« Les prix des billets pratiqués par Air Algérie sont trop chers par rapport au pouvoir d'achat des Algériens », a, en effet, déclaré le membre du gouvernement d'Aïmene Benabderrahmane. Il est vrai que depuis la réouverture partielle des frontières algériennes, le 1er juin 2021, après plus d'une année de fermeture, les compagnies aériennes, que ce soit Air Algérie ou ses concurrentes en France, pratiquent des prix excessivement élevés qui ont dissuadé plusieurs Algériens de France de prendre l'avion pour rentrer au pays.

Air Algérie fait face à des difficultés financières

Lors de cette émission télévisée, le ministre a évoqué les différentes rencontres qu'il a eues avec les dirigeants d'Air Algérie pour aborder les problèmes qui se sont posés, notamment suite aux difficultés financières de la compagnie, engendrées par la longue fermeture des frontières en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus.

À lire aussi :  Algeria Airlines : Ce qu'il faut savoir du changement de nom d'Air Algérie

À ce titre, il parlera de « propositions et des mesures à court, moyen et long terme pour relancer la compagnie aérienne nationale ». Ce qu'il faut comprendre, c'est que la baisse des prix des billets n'est pas pour demain, vu la situation désastreuse de la trésorerie d'Air Algérie. Sauf peut-être les prix des billets des vols domestiques dont Aïssa Bekkaï a annoncé la révision prochaine.

Le ministre a aussi évoqué le problème de gestion que vit la compagnie aérienne nationale. Pour lui, la gestion interne doit être revue. Il semble dire qu'une réforme interne est nécessaire pour envisager à moyen ou long terme une révision des prix des billets. C'est aussi une certaine façon d'avouer que la gestion d'Air Algérie a toujours fonctionné loin des normes économiques. Ce qui a toujours été dénoncé, notamment par des ex-employés et cadres de la compagnie.