Le ministre français des Affaires Étrangères, Jean-Yves Le Drian, est attendu ce mercredi 8 décembre pour une visite de travail à Alger. La visite du chef de la diplomatie française en Algérie est la première pour un haut responsable français depuis la crise née entre les deux pays, suite aux propos tenus le 30 septembre par le président français Emmanuel Macron à l'égard de l'État algérien.

Depuis la sortie controversée d'Emmanuel Macron, plusieurs dirigeants – à leur tête le chef de l'État Abdelmadjid Tebboune – se sont exprimés sur la question en rendant à chaque fois la France comme responsable de cette crise entre les deux pays. Dans un entretien accordé au magazine allemand Der Spiegel, le 25 octobre dernier, Abdelmadjid Tebboune a critiqué les propos de son homologue français, qu'il a qualifiés de graves. « On ne touche pas à l'histoire d'un peuple, on n'humilie pas les Algériens », avait-il déclaré, affirmant que « Macron a blessé la dignité des Algériens ».

La crise entre l'Algérie et la France a pris de l'ampleur

Face à la détermination affichée par Alger, Emmanuel Macron a décidé de faire un premier pas dans le but de détendre l'atmosphère en vue d'une issue à cette crise, qui risque de durer. En effet, le communiqué publié le 9 novembre par l'Élysée est assimilé à un mea culpa du président français envers les autorités algériennes. Il y est dit que le président regrette les « malentendus » engendrés par ses propos. La France y réaffirme aussi « le plus grand respect » de son président pour la nation algérienne.

À lire aussi :  Le Sénat adopte une loi contre le port du voile lors des compétitions sportives

Ce revirement dans la diplomatie française a été accueilli favorablement par les autorités algériennes, comme l’a souligné le 10 novembre le ministre des Affaires étrangères Ramtane Lamamra, qui a qualifié les nouvelles déclarations françaises de « raisonnables ».

D’ailleurs, l’Algérie a fini par prendre part à la Conférence internationale sur la Libye organisée le 12 novembre à Paris. C’est Ramtane Lamamra lui-même qui a représentée le pays à cette conférence à la  suite de la décision d’Abdelmadjid Tebboune de ne pas répondre favorablement à l'invitation de son homologue français à participer à cette importante réunion.

Deux dossiers au menu de la visite de Jean-Yves le Drian à Alger

Questionné à nouveau, le vendredi 26 novembre, sur les relations algéro-françaises, lors de son entrevue périodique avec les représentants de médias nationaux, le chef de l’État Abdelmadjid Tebboune a répondu que « le retour à la normale des relations algéro-françaises est inéluctable » tout en précisant que le « retour à la normale » ne se fera pas sans condition. Pour le chef de l’État algérien, les relations entre l’Algérie et la France doivent désormais obéir à un traitement d’égal à égal.

Un appel qui semble avoir eu échos du côté du gouvernement français, avec cette annonce d’une visite du chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, en Algérie. En effet, selon la chaine Echourouk News, le ministre français est attendu à Alger, ce mercredi 8 décembre, pour une visite officielle.

À lire aussi :  Le Sénat adopte une loi contre le port du voile lors des compétitions sportives

Au menu de cette visite, le ministre français discutera de « la crise entre l’Algérie et la France » ainsi que « l’évaluation des relations bilatérale et le dossier des visas » selon la même source. Cette visite de Jean-Yves Le Drian en Algérie, sera une première pour un haut responsable français depuis la crise née entre les deux pays à la fin du mois de septembre dernier.