Le phénomène de l'émigration clandestine ne s'estompe toujours pas en Algérie. Bien au contraire, il a repris de plus belle, notamment durant les derniers mois de l'année en cours. Rien que cette dernière semaine, allant du 22 au 28 décembre 2021, près de 300 harraga ont été sauvés par les garde-côtes algériens.

Le fléau qui frappe de plein fouet le pays a connu cependant une relative accalmie durant le mois de novembre dernier, à cause de la situation métrologique défavorables. En effet, après le retour du beau temps, les départs en masse des jeunes et moins jeunes, qui n'hésitent pas à emprunter des baraques de fortune au péril de leurs vies, ont repris.

Durant la semaine allant du 22 au 28 décembre, 267 personnes ont été secourues au large des côtes algériennes par les garde-côtes. C'est ce qui ressort du bilan hebdomadaire du ministère de la Défense nationale, rendu public mercredi 29 décembre. « Les Garde-côtes ont déjoué, au niveau de nos côtes nationales, des tentatives d'émigration clandestine et ont procédé au sauvetage de 267 individus à bord d’embarcations de construction artisanale », peut-on lire dans le document du MDN.

Plus de 660 harraga interceptés aux côtes espagnoles

Par ailleurs, Francisco José Clemente Martin, qui travaille pour le Centre international pour l'identification des migrants disparus (CIPIMD), a indiqué le 25 décembre dernier, à travers une publication sur sa page Facebook que « au cours des cinq derniers jours, plus de 660 personnes ont été interceptées entre Motril - Almeria - Cartagena - Alicante et les îles Baléares ». La même source a affirmé que 80 % de ces harraga étaient d'origine algérienne. « Nous avons reçu plus de 1400 messages de familles à la recherche de leurs enfants ou de leurs frères », souligne en outre José Clemente Martin.

À lire aussi :  Centre TCF à Alger : Nouvelle adresse et nouvelles procédures

2021, l'année de l'immigration clandestine en Algérie

Pour les observateurs, l'année 2021 aura été celle de l'émigration clandestine en Algérie. Selon un document interne des autorités espagnoles, consulté par l'AFP le mois d'octobre dernier, 9664 Algériens sont arrivés sur les côtes espagnoles depuis le mois de janvier dernier. Soit 20 % de plus par rapport à l'année 2020, fait remarquer la même source. L’agence européenne Frontex a indiqué qu'avec ce nombre les Algériens sont à la première place en matière d'arrivées clandestines en Espagne.