Après plusieurs mois de tension entre le Maroc et l'Espagne, il semble que les deux pays veulent désormais tourner la page. Plusieurs initiatives sont prises dans ce sens pour apaiser leurs relations diplomatiques. Parmi elles : l'Espagne a décidé de venir en aide au Maroc dans son approvisionnement en gaz naturel. Le Royaume ibérique va en effet permettre au Maroc de se fournir en gaz via le gazoduc Maghreb-Europe pourtant fermé par l'Algérie en octobre 2021.

Ainsi, pour se rapprocher du Maroc, l'Espagne compte assurer la sécurité énergétique du Royaume chérifien. Le gouvernement espagnol l'avait annoncé le 3 février : L'Espagne compte « garantir sa sécurité énergétique » au Maroc en lui permettant d'acheminer du gaz à travers le Gazoduc Maghreb-Europe (GME) que l'Algérie n'alimente plus depuis fin octobre.

« Le Maroc a demandé un soutien pour garantir sa sécurité énergétique sur la base de […] relations commerciales et l'Espagne y a répondu favorablement, comme elle l'aurait fait pour tout partenaire ou tout voisin », avait indiqué le ministère espagnol de la Transition écologique dans son communiqué.

« Le Maroc pourra acquérir du gaz naturel liquéfié (GNL) sur les marchés internationaux, le faire livrer dans une usine de regazéification de l'Espagne péninsulaire et utiliser le gazoduc du Maghreb (GME) pour l'acheminer vers son territoire », indique le même communiqué.

Cette décision espagnole vise à apaiser tensions suscitées par l'accueil en Espagne, en avril 2021, de Brahim Ghali, le chef du Front Polisario, pour raisons médicales. La crise diplomatique majeure que cet épisode a déclenchée a eu pour point culminant l'arrivée, en mai 2021, de près de 10 000 migrants dans l'enclave espagnole de Ceuta.

Cependant, en permettant au Maroc de se fournir en gaz à travers le Gazoduc fermé par l'Algérie, l'Espagne prend le risque de soulever le courroux d'Alger. En effet, il est possible de voir dans ce geste une prise de partie de l'Espagne pour le Maroc dans le conflit qui l'oppose à l'Algérie. En venant en aide au Maroc sur la question du gaz, l'Espagne tournerait le dos à l'Algérie.