L'Algérie va-t-elle ouvrir ses frontières, ou du moins renforcer son programme de vols internationaux après le recul du coronavirus ? C'est la question que doivent certainement se poser les Algériens, et plus particulièrement les ressortissants établis dans les différents pays étrangers.

Après avoir atteint des pics vertigineux, le bilan quotidien des nouvelles contaminations au coronavirus connait une nette baisse en Algérie. 378 nouveaux cas seulement ont été enregistrés dimanche 6 février 2022. Il faut dire que ce recul n'est nullement propre à l'Algérie. La circulation de l'épidémie ralentit un peu partout dans le monde.

Plusieurs pays allègent les restrictions sanitaires

D'ailleurs plusieurs pays d'Europe ont décidé d'alléger les restrictions sanitaires de lutte contre cette maladie. C'est le cas de la France, de la Grande-Bretagne, du Portugal pour ne citer que ceux-ci. Ainsi, en plus de la levée de plusieurs mesures au niveau national, les autorités sanitaires françaises ont décidé de vider leur liste rouge concernant les voyages. Douze pays qui figuraient dans cette liste rejoignent donc la liste orange.

De son côté le gouvernement du Portugal a annoncé, dimanche 6 février, qu'à partir du 7 février, il ne serait plus nécessaire de fournir un test négatif pour les voyageurs détenteurs d'un certificat sanitaire européen. Il est à noter, par ailleurs, que le Maroc a décidé de rouvrir ses frontières à partir du 7 février, après plus de deux mois de fermeture et de suspension des liaisons aériennes.

À lire aussi :  Grève du 7 février en France : Les vols vers Paris-Orly touchés

Les appels pour renforcer le programme de vols se multiplient en Algérie

Ces allégements ont été dictés par l'amélioration de la situation sanitaire. L'Algérie va-t-elle donc faire de même ? L'espoir est permis en tous cas pour la diaspora, celle établie en France notamment, qui a toujours réclamé plus de vols. D'ailleurs un membre du Comité scientifique de suivi du coronavirus en Algérie a appelé, le 3 février dernier, au renforcement du programme des vols internationaux d'Air Algérie.

« Je pense qu’il est temps de penser à ouvrir plus de liaisons internationales, notamment avec les pays qui abritent une grande communauté algérienne comme la France. Il y a des impératifs économiques, mais aussi sociaux. Les mesures sanitaires aux frontières étant suffisantes, rien n’empêche une augmentation des vols », a déclaré le docteur Mohamed Bekkat Berkani dans une entrevue au site algérien visa-algerie.com.