La violence à l’égard des femmes et des enfants dans le milieu familial prend de plus en plus d’ampleur en France, et beaucoup d'Algériens sont cités comme victimes ou coupables. C’est le cas avec l’affaire de ce ressortissant algérien, sans-papiers, que la justice française a condamné à 8 années de prison pour avoir tenté d’immoler sa femme et son bébé de 7 mois.

L’affaire traitée le 11 février dernier par le tribunal de Lille, dans le nord de la France, remonte au 5 janvier 2022. Ahmed Kahlouche, un ressortissant algérien de 27 ans qui se trouve en situation irrégulière en France, a été appréhendé par la police dans les rues de la ville de Lille, pour avoir tenté d’immoler sa compagne Marocaine de 20 ans et sa fille âgée de 7 mois, rapportent de nombreux médias français.

Le mis en cause qui avait aspergé d’essence sa femme dans leur domicile familial a renoncé à la dernière minute à allumer le feu parce que sa compagne portait leur enfant de sept mois dans ses bras. Le ressortissant algérien a fini par quitter la maison alors qu’une proche de sa femme a décidé d’appeler la police pour les informer des faits.

L'Algérien a été arrêté le jour même par les forces de l’ordre grâce à la géolocalisation de son téléphone, alors que sa femme n’avait pas eu le courage d’appeler la police, car elle ne maîtrise pas bien le français, en plus de la peur que lui inspire son mari.

À lire aussi :  Démantèlement à Béjaïa d'un réseau de faux visas dirigé par une femme

Le ressortissant algérien écope également d’une interdiction définitive du territoire français

Auditionnée le 5 janvier par la police, la jeune femme a expliqué aux enquêteurs être « terrorisée » par son conjoint. Ce dernier l'empêcherait régulièrement de sortir de chez elle, car il est jaloux, explique-t-elle. La jeune maman a également confié aux policiers avoir été « étranglée » par son mari avec un câble téléphonique il y a plusieurs mois.

Lors du procès qui s’est déroulé le 11 février dernier au tribunal correctionnel de Lille, le ressortissant algérien, qui a été mis sous mandat de dépôt, a nié toute violence contre sa femme. Ahmed Kahlouche a justifié l’odeur de l’essence sur ses vêtements le jour de son arrestation par le fait qu’il est mécanicien. Des justifications qui n’ont pas convaincu le tribunal surtout que plusieurs SMS qu’il envoyait à sa femme ont été retrouvés.

« Je te tue pour ce que tu fais », écrit-il dans l’un des SMS envoyés à sa femme. « T’es morte ! T’es morte ! », ajoute-t-il dans un autre. « Je te jure. Je vais te tuer ! » lance-t-il dans un troisième. Le ressortissant algérien est condamné à 8 ans de prison, avec la perte de l’autorité parentale totale sur sa fille. Mohamed Kahlouche écope également d’une interdiction définitive du territoire français.