Le nombre de migrants clandestins en provenance du sud de la méditerranéen a atteint, en 2021, le nombre record de 200 000 arrivés, selon les statistiques officielles. Ces migrants passent essentiellement par les côtes espagnoles. Ils sont en bonne parties des Algériens harraga. Pour faire face à cette situation, l'Espagne a décidé d’accélérer les expulsions. En 2021, déjà, ils étaient plus de 200 harraga à avoir été  expulsés vers  l’Algérie, selon le Centre international pour l’identification de migrants disparus (CIPIMD).

Une trentaine d'autres ont été expulsés d’Espagne ces dernières heures, selon Francisco José Clemente Martin, du CIPIMD. En effet selon une publication sur la page Facebook de l'activiste, ces harraga étaient arrivés sur les côtes espagnoles ces dernières semaines et avaient été conduits au centre d’internement des étrangers de Valence.

Ces migrants ont été reconduit à bord du navire de la compagnie maritime Trasmediterránea, qui devait accoster au port d’Oran ou à celui de Ghazaouet – toujours selon Francisco José Clemente Martin. Ce dernier a indiqué une forte présence policière accompagnant les harraga. « Au moins huit fourgons de la Police nationale sont arrivés de Valence à Almeria », indique-t-il en soulignant que ces expulsés « ne sont pas des criminels ».

L'Espagne change sa politique migratoire

Cette opération s'ajoute à celle qui a eu lieu le 1er février dernier, lors de laquelle plus de 40 Algériens ont été expulsés vers leur pays depuis le port d’Almeria. L'activiste Espagnole avait alors expliqué que ces expulsions ne concernaient plus les nouveaux débarqués, mais toucheraient même des harraga installés en Espagne depuis 2 ans et qui sont toujours en situation irrégulière.

À lire aussi :  Paris-Alger à pied : Le jeune algérien arrive bientôt en Tunisie

Il faut dire que l'expulsion des migrants algériens s'est accélérée après la visite, en novembre dernier, du ministre algérien de l’Intérieur dans la capitale espagnole. Francisco José Clemente Martin avait déjà indiqué que la police nationale d’Almeria et de Carthagène avait embarqué, les derniers jours de 2021, plus de 200 clandestins algériens dans des bus et des fourgonnettes, en direction des 8 centres d’internement des étrangers qui existent en Espagne. Ces harraga devaient être expulsés dans les 60 jours vers l'Algérie.

Nous assistons ainsi à une changement dans la politique espagnole concernant ce sujet. Avant, les migrants algériens étaient systématiquement remis en liberté, mais en raison des pressions des partis d'opposition, le gouvernement a décidé d'expulser ces Algériens en grand nombre.